Parmi les quelque 90 mesures prévues dans la Stratégie d'action jeunesse 2016-2021, on trouve l'obligation pour les sociétés d'État d'avoir au moins un membre de 35 ans ou moins dans leur conseil d'administration.

Les jeunes délaissent la souveraineté, croit Couillard

Les jeunes Québécois sont «en grande majorité» opposés à l'idée de la souveraineté parce qu'ils refusent de «se faire rétrécir», estime le premier ministre Philippe Couillard. 
Dans le cadre du dévoilement de la Stratégie d'action jeunesse 2016-2021, le premier ministre s'est réjoui de «l'inversion» de la tendance sur la question nationale, en comparaison au moment où il était lui-même jeune adulte.
«Les jeunes, c'est la bonne nouvelle, ont abandonné largement la question de l'indépendantisme, a affirmé M. Couillard. Ils sont vraiment dans un esprit beaucoup plus ouvert, beaucoup plus large, et ils nous [les libéraux] rejoignent beaucoup sur cette question.»
L'idée de la souveraineté n'est «pas balayée» complètement, a poursuivi le premier ministre. Mais les enquêtes d'opinion démontrent selon lui que les libéraux rejoignent davantage les jeunes sur la question nationale, a-t-il remarqué. 
«Les jeunes d'aujourd'hui ont des horizons beaucoup plus larges, a affirmé M. Couillard. Ils ne veulent pas se faire rétrécir. Ils veulent voir le monde entier. Ils constatent qu'une citoyenneté large comme la citoyenneté canadienne a des avantages qui correspondent à leurs valeurs aussi.»
La Stratégie annoncée lundi découle de la Politique jeunesse annoncée en mars en même temps que son budget de 200 millions $ sur cinq ans. Les sommes permettront de financer des organismes consacrés à la jeunesse, comme les carrefours jeunesse-emploi, et différentes initiatives liées aux cinq axes privilégiés : la santé, l'éducation, la citoyenneté, l'emploi et l'entrepreneuriat. 
Parmi les quelque 90 mesures, on trouve l'obligation faite aux sociétés d'État d'avoir au moins un membre de 35 ans ou moins sur leur conseil d'administration. Elle découle du projet de loi du député libéral Jean Habel adopté la semaine dernière.
Déception
Le représentant du comité jeune de la CSN, Alexandre Roy, est «déçu» par la stratégie présentée lundi. Elle ne contient rien pour empêcher que des clauses orphelins s'appliquent sur les avantages sociaux, comme les régimes de retraite et les assurances collectives. 
«On est déçu, a dit M. Roy. On ne trouve rien pour les jeunes travailleurs. [...] Ça n'a aucun mordant.» 
Le premier ministre Couillard assure que l'enjeu des disparités de traitement est pris au sérieux par son gouvernement. Un groupe de travail se penche sur les régimes de retraite dans le cadre de la Stratégie jeunesse. «Il y a beaucoup de notions qui sont colportées, répétées, qui ne correspondent pas tout à fait à la réalité, a déclaré M. Couillard. Il faut bien faire le portrait de cette affaire-là.»