Pierre Poilievre, porte-parole conservateur en matière de finance, demandera cette semaine à la Chambre des communes d’obliger le gouvernement à dévoiler le montant de la facture que devront payer les Canadiens pour le chauffage, l’essence, et l’épicerie lorsque la taxe sur le carbone atteindra 50 $ la tonne.

Les conservateurs veulent savoir les conséquences d’une taxe sur le carbone

OTTAWA — Le porte-parole conservateur en matière de finance Pierre Poilievre demandera cette semaine à la Chambre des communes d’obliger le gouvernement à dévoiler le montant de la facture que devront payer les Canadiens pour le chauffage, l’essence, et l’épicerie lorsque la taxe sur le carbone atteindra 50 $ la tonne.

M. Poilievre dit savoir que le gouvernement détient ce renseignement, car il a obtenu, en vertu de la Loi d’accès sur l’information, une note du ministère des Finances mentionnant l’existence d’un rapport sur les conséquences potentielles d’une taxe sur le carbone, fondé sur des données de consommation des ménages.

Il déplore que les données de ce rapport soient censurées.

Le député dit avoir fait part de ses intentions de présenter une résolution exigeant du gouvernement qu’il dépose ces documents à la Chambre des communes.

Le gouvernement fédéral a demandé aux provinces d’établir un prix sur le carbone à compter de l’an prochain, sinon il allait l’imposer lui-même. Le projet de loi portant sur l’exécution de certaines dispositions du budget qui est présentement étudié par le Parlement comporte des dispositions lui conférant le pouvoir de prendre des règlements à cette fin.

Les dispositions du projet de loi sur la taxe sur le carbone comptent 200 pages, mais il n’est indiqué nulle part quel en sera le coût pour la population, a souligné M. Poilievre.

«Le gouvernement ne peut pas imposer une taxe si celle-ci n’est pas approuvée par le Parlement, mais le Parlement ne peut pas approuver quelque chose qu’il ignore. Le Parlement est présentement laissé dans l’ignorance.»

Le gouvernement peut refuser la demande en expliquant qu’il s’agit d’un avis donné au gouvernement ou d’une information qui peut nuire à l’économie canadienne.

«Si le fait de savoir que le coût de la taxe sur le carbone nuira à l’économie canadienne, eh bien! cela est encore pire de ce que nous avions pensé», a commenté l’élu conservateur.

M. Poilièvre a déjà déposé une plainte à la commissaire à l’information, Caroline Maynard, lui demandant d’enquête sur le refus du gouvernement de dévoiler cette information dans sa demande de document. Selon lui, Mme Maynard a accepté sa requête.