Ensaf Haidar, la conjointe de Raïf Badawi, est convaincue que «ça changerait» les choses si son conjoint pouvait se dire Canadien.
Ensaf Haidar, la conjointe de Raïf Badawi, est convaincue que «ça changerait» les choses si son conjoint pouvait se dire Canadien.

Les conservateurs refusent une citoyenneté honorifique à Raïf Badawi

OTTAWA — Dans un effort pour venir en aide à Raïf Badawi qui vient d’entamer une autre grève de la faim dans sa prison saoudienne, le Bloc québécois a tenté de lui faire accorder une citoyenneté canadienne à titre honorifique... en vain.

Les conservateurs se sont interposés lorsqu’une députée bloquiste, jeudi après-midi, a demandé le consentement unanime de la Chambre pour ce faire.

«Qu’il soit résolu par la Chambre d’octroyer à Raïf Badawi le titre de citoyen honoraire du Canada», a lu la députée Christine Normandin, interrompue par les cris des élus conservateurs. Le président a appelé au calme, puis demandé si la députée avait le consentement unanime pour proposer sa motion. «Non», a-t-on crié des banquettes conservatrices, alors qu’Ensaf Haidar, la conjointe de M. Badawi, surveillait la scène du haut des tribunes.

Le chef du Bloc québécois, sorti des Communes, a dénoncé «l’indignité» des députés conservateurs avant de souligner l’utilité du geste.

«Ce n’est pas qu’emblématique, c’est un outil important», a insisté Yves-François Blanchet qui avait noté, en Chambre, «une ouverture d’esprit du côté des libéraux et du côté du Nouveau Parti démocratique».

Mme Haidar, qui a fait la route de Sherbrooke pour l’occasion, est convaincue que «ça changerait» les choses si son conjoint pouvait se dire Canadien.

«Maintenant, quand [le Canada] demande la libération de Raïf, l’Arabie saoudite dit que Raïf est saoudien. «Vous êtes Canadiens, pourquoi vous demandez?» S’il a la citoyenneté, [l’intervention canadienne] serait plus solide», a-t-elle expliqué.

Grève de la faim

En voyage en Égypte, le ministre canadien des Affaires étrangères s’est dit «très inquiet» par la nouvelle grève de la faim de M. Badawi.

«Je suis ça de très près. J’ai l’intention d’appeler mon homologue saoudien avant la fin de l’année pour soulever les inquiétudes du Canada», a dit François-Philippe Champagne au cours d’une conférence téléphonique avec les journalistes canadiens.

«J’ai bon espoir que M. Champagne va poser des gestes», a réagi M. Blanchet.

Son député Stéphane Bergeron s’est montré plus impatient.

«La politique des petits pas fait en sorte que ça fait sept ans qu’il est emprisonné. Or la peine est de 10 ans. À ce rythme-là, il va faire les 10 ans si quelque chose de plus dramatique encore ne survient pas entretemps», a dénoncé le député bloquiste.

Mme Haidar a justement souligné que ce n’est pas la première grève de la faim du blogueur.

«Je suis très, très inquiète. [...] Sa santé, son moral, sont plus bas», a-t-elle confié.

Raïf Badawi a été condamné à

10 ans de prison et à 1000 coups de fouet pour avoir créé un forum en ligne afin de discuter de questions sociales en Arabie saoudite.