«C’est écrit noir sur blanc dans notre programme. Page 98, deuxième colonne! Un gouvernement conservateur va “maintenir tous les projets promis par le gouvernement libéral”», a martelé le député sortant et candidat conservateur dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent. Gérard Deltell

Les conservateurs ne toucheront pas au financement du tramway [VIDÉO]

Rarement neuf petits mots dans une plateforme électorale de 106 pages auront retenu autant d’attention, surtout pour un bilan de campagne à trois jours du vote. Comme si l’élection ou non d’un gouvernement conservateur dépendait de ce si court passage. «Page 98, deuxième colonne!» a répété Gérard Deltell à plusieurs reprises, vendredi matin.

La veille, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, émettait des doutes sur la réalisation de la nouvelle ligne rose de métro dans la métropole et du tramway à Québec, si les conservateurs sont portés au pouvoir. Crainte qu’Andrew Scheer, comme premier ministre, sabrerait dans les projets d’infrastructures démarrés sous le règne libéral.

«C’est écrit noir sur blanc dans notre programme. Page 98, deuxième colonne! Un gouvernement conservateur va “maintenir tous les projets promis par le gouvernement libéral”», a martelé le député sortant et candidat conservateur dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent. M. Deltell est le leader du groupe de députés conservateurs de la région de Québec.

Les six autres candidats de la Rive-Nord, dont quatre déjà élus en 2015, l’accompagnaient pour ce bilan régional de campagne avec les journalistes. Rencontre tenue à Beauport, dans la circonscription très serrée de Beauport-Limoilou détenue pour l’instant par un conservateur, Alupa Clarke.

On a retrouvé l’information, mais en page 99. Détail. C’est aussi là que le Parti conservateur dit vouloir «prolonger les investissements dans le plan Investir dans le Canada de trois années additionnelles pour que la totalité des 187 milliards de dollars soit dépensée en 15 ans au lieu de 12».

Bien que le montant total reste inchangé, un allongement de la période de décaissement pourrait nuire à certaines panifications de projets. «Les ententes signées seront honorées!» tranche M. Deltell.

De cinq à sept

Le contingent de députés conservateurs à Québec compte déjà MM. Deltell et Clarke, Pierre Paul-Hus (Charlesbourg-Haute-Saint-Charles), Sylvie Boucher (Beauport-Côte-de-Beaupré-île d’Orléans-Charlevoix) et Joël Godin (Portneuf-Jacques-Cartier).

M. Deltell s’est dit persuadé d’ajouter deux recrues à l’équipe à compter de lundi et d’obtenir le monopole régional avec sept comtés sur sept. Marie-Josée Guérette (Louis-Hébert) et Bianca Boutin (Québec) se présentent dans les deux seules circonscriptions de Québec non conservatrices et détenues depuis quatre ans par les libéraux Joël Lightbound et Jean-Yves Duclos.

Quatre ans au cours desquelles même si les conservateurs assurent avoir joué à merveille leur rôle d’opposition, «la région de Québec a fait du surplace. Rien n’a avancé à Québec!» a lancé M. Deltell.

Position ensuite modérée par ses collègues Paul-Hus et Clarke. Ils affirment avoir abattu beaucoup de boulot depuis quatre ans, entre autres pour la protection du lac Saint-Charles, principale source d’eau potable pour les citoyens de Québec, et dans le dossier de rejets dans l’air par le port de Québec.

Les représentants du PCC ont énuméré les enjeux importants à leurs yeux à Québec au cours des quatre prochaines années. À commencer par le troisième lien, qui fait partie des trois «projets d’infrastructure qui réduisent les temps de déplacement» cités en exemple dans la plateforme électorale, en page 26 cette fois. Le remplacement d’un tunnel près de Vancouver et le prolongement du métro de Toronto sont aussi nommés.

Les conservateurs répondent de plus positivement aux demandes du maire de Québec, Régis Labeaume, à propos des investissements fédéraux nécessaires pour protéger le lac Saint-Charles, l’obtention de terrains voués au logement social et le prolongement de la promenade Samuel-De Champlain.

Les conservateurs soulignent l’importance de s’occuper de la place George-V, lieu public situé entre la Grande Allée et le Manège militaire. M. Paul-Hus, ancien militaire comme M. Clarke, y tient beaucoup. «C’est une honte pour nous! Cet endroit est en piètre état. Il faut protéger les monuments et s’arranger pour qu’il ne soit pas détruit chaque fois par les événements qui s’y tiennent», appuie-t-il.

Forts dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches avec 9 des 11 conservateurs élus dans la province en 2015, les conservateurs traînent de la patte dans les sondages sur la scène québécoise cette élection-ci. Ils arrivent au quatrième rang des intentions de vote (11,8 %) derrière le Parti libéral (34,2 %), le Bloc québécois (32,4 %) et le NPD (13,7 %), selon la firme de sondages Mainstreet.