Les conservateurs font la cour aux bloquistes dans la région de Québec

Le Parti conservateur du Canada entend profiter de la «débâcle» du Bloc québécois pour ravir des membres et des votes dans la grande région de Québec.

«J’ai de nouveaux membres dans mon association conservatrice qui viennent du Bloc québécois. C’est très tangible. Le phénomène est bel et bien en route», a indiqué lundi le député fédéral de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke, commentant la «débâcle» de ses adversaires indépendantistes.

En conférence de presse à ses locaux dans le secteur D’Estimauville, celui-ci s’est dit conscient que l’idée de la souveraineté du Québec ne mourra pas pour autant. Mais il est convaincu que les bloquistes peuvent se reconnaître dans les valeurs conservatrices et entend «démontrer qu’on est leur option». 

«C’est nous qui respectons les champs de compétences. C’est nous qui avons reconnu la nation québécoise. C’est nous qui tenons un conseil général dans une semaine à Saint-Hyacinthe qui est ouvert aux non-membres, à tous les Québécois qui veulent influencer notre plateforme en 2019. C’est nous également qui faisons une consultation panquébécoise sur comment renforcer la reconnaissance de la nation québécoise», a-t-il martelé. 

M. Clarke est convaincu que «c’est au Québec que ça se passe» lors du prochain scrutin fédéral. Il invite tous ceux qui veulent éviter un deuxième gouvernement libéral dirigé par Justin Trudeau à se rallier. «Le Québec est le champ de bataille, ce qui n’était pas le cas dans les 10 dernières années. On peut s’en réjouir. Ça donne une prépondérance aux Québécois dans leur vote», a-t-il lancé lundi.  

«Alupa à l’écoute!»

M. Clarke a annoncé la tenue de trois consultations publiques dans sa circonscription pour entendre les préoccupations des citoyens. La série «Alupa à l’écoute!» débutera le 17 mai à Limoilou, puis se poursuivra en septembre à Giffard et en novembre à Beauport.  

Au terme de l’exercice, le député s’engage à présenter un projet de loi reflétant la grande priorité locale. Il lui faut cependant être réélu pour un deuxième mandat, un but qu’il est confiant d’atteindre en raison de sa présence sur le terrain et de sa grande disponibilité. 

S’il est un dossier fédéral auquel la circonscription de Beauport-Limoilou est associée, c’est bien celui du Port de Québec. Le député Clarke ne cache pas qu’il est en faveur du projet d’agrandissement dans le secteur de Beauport, mais il promet une «réflexion» si ses électeurs lui disent majoritairement le contraire. «J’ai toujours été le premier à dire aux groupes activistes de Limoilou que je les remerciais de leur travail parce qu’ils poussent les autorités portuaires vers l’excellence», rappelle-t-il.