Le chef de la CAQ François Legault

Les caquistes appuieront le budget en échange du déficit zéro

La Coalition avenir Québec (CAQ) maintient toujours comme condition absolument non négociable le retour au déficit zéro pour appuyer le prochain budget du gouvernement Marois.
Le chef du parti, François Legault, a été limpide là-dessus, en concluant le caucus qui a réuni ses députés pendant deux jours, à Saint-Eustache, en banlieue de Montréal.
Même s'il évalue à 2,3 milliards $ le trou à combler, le fondateur de la CAQ a indiqué qu'il est possible de viser l'équilibre budgétaire pour 2014-2015. «Si, nous, on dit que c'est faisable, qu'on peut le faire, demain matin, on va lui donner la recette», au ministre des Finances Nicolas Marceau, s'est-il exclamé.
La «recette» pour y parvenir, c'est d'utiliser la hausse imprévue de 500 millions $ des paiements de péréquation en provenance d'Ottawa. Pour le reste, la CAQ préconise de réduire les dépenses.
François Legault a répondu aux médias que cela peut se faire «sans toucher aux services». Il entend en faire la démonstration lorsque son critique en matière de finances déposera un rapport sur le sujet. Présent au point de presse, Christian Dubé a affirmé que son analyse a identifié un train de mesures qui dépassent la somme à obtenir, analyse qu'il rendra publique d'ici la fin du mois.
En fait, la Coalition avenir Québec pose deux autres exigences pour endosser le prochain énoncé budgétaire. Le gouvernement doit exempter de la taxe santé tous les contribuables gagnant moins de 45 000 $ et limiter à l'inflation - 1,4 % environ - toute hausse de tarifs.
Seul le prix de l'électricité y échapperait. Il serait plafonné à 2,2 % pour permettre un remboursement de la dette. Finalement, la CAQ réclame un plan économique qui comprendrait la révision complète des crédits d'impôt aux entreprises.