Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, était à Montréal lundi.

Leitão ne croit pas au déséquilibre fiscal

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, ne voit pas comment quiconque pourrait soutenir qu'il existe un déséquilibre fiscal entre le palier fédéral canadien et les provinces.
M. Leitão n'a jamais été un adepte de cette théorie, mais le budget fédéral qui sera dévoilé mardi démontrera sa non-existence, selon lui. «Quand un budget est en déficit, et celui-là sera en déficit, même si on ne sait pas de combien, on ne peut pas parler de déséquilibre fiscal», a déclaré le ministre au Soleil à quelques heures du dévoilement par son homologue fédéral, Bill Morneau, d'un exercice budgétaire qui prendra appui sur un vaste plan de dépenses visant à faire rouler l'économie canadienne.
Carlos Leitão ajoute qu'il faudra surveiller les moyens que prendra le gouvernement fédéral pour rétablir, à terme, d'ici quelques années, l'équilibre budgétaire. Mais il ne s'en inquiète pas outre mesure. Chose certaine, «à très court terme, je ne pense pas qu'on puisse parler de déséquilibre fiscal», a-t-il répété.
En septembre 2014, le même ministre des Finances avait joint sa voix à celle des partis d'opposition à l'Assemblée nationale et réitéré l'existence d'un déséquilibre fiscal entre les deux paliers de gouvernement, déséquilibre qui irait grandissant à partir de 2017 avec les changements apportés unilatéralement par le gouvernement de Stephen Harper aux transferts en santé. Il avait été poussé dans cette direction par les partis d'opposition.
Le déséquilibre fiscal correspond au rapport entre la capacité du gouvernement d'Ottawa et de ceux des provinces d'amasser des revenus et le niveau de dépenses que chacun doit engager pour assumer ses missions.
Plusieurs estiment que le problème a été corrigé depuis que ce débat a fait rage au début des années 2000. Depuis cette époque, l'ex-gouvernement de Stephen Harper a baissé la TPS, tandis que celui du Québec a augmenté la TVQ.
D'autres affirment que ce n'est pas le cas; qu'Ottawa dispose toujours d'immenses moyens, contrairement aux provinces.
Les attentes de Québec
Carlos Leitão espère percevoir des signaux positifs dans le budget de Bill Morneau quant au rehaussement des transferts dans le domaine de la santé, lesquels devraient prendre en compte «des critères sociodémographiques» comme le vieillissement de la population québécoise.
Le ministre québécois réclame que le financement supplémentaire du gouvernement fédéral consacré à la modernisation et à l'amélioration des infrastructures s'inscrive dans les priorités définies par Québec : le prolongement de la ligne bleue du métro à Montréal et la mise en place des autobus urbains rapides à Québec et Lévis, par exemple; mais aussi que les fonds pour les infrastructures soient disponibles dans des délais «acceptables».
Il attend également qu'Ottawa soutienne à son tour le développement du CSeries de Bombardier.