André Boisclair

Legault et Duchesneau s'excusent d'avoir lié Boisclair au crime organisé

Le chef de la CAQ François Legault et l'ex-député caquiste Jacques Duchesneau s'excusent d'avoir malicieusement associé l'ancien leader du PQ André Boisclair au crime organisé et à sa consommation de cocaïne.
Ce sont les seuls détails révélés à propos de l'entente à l'amiable divulguée aujourd'hui. Elle est survenue dans la foulée de la poursuite lancée par M. Boisclair, en novembre 2013. À l'origine, l'ex-chef péquiste, maintenant conseiller spécial du ministre libéral David Heurtel, réclamait 200 000 $.
À l'automne 2013, Jacques Duchesneau représentait Saint-Jérôme à l'Assemblée nationale. L'élu avait suggéré qu'il existait un lien entre la consommation de cocaïne et le versement d'une subvention à un entrepreneur dont le nom était associé aux Hells Angels. François Legault avait soutenu son député.
Dans un communiqué de presse, M. Duchesneau «reconnait que les propos qu'il a tenus les 25 et 26 septembre 2013, en tant que porte-parole du 2e groupe d'opposition, ont pu conduire à ce que soient inférées des conclusions inexactes et non fondées». L'ex-politicien admet qu'il a ainsi porté «atteinte à la réputation de ce dernier».
Jacques Duchesneau indique qu'il s'excuse pour le préjudice subi» par M. Boisclair de ce fait». François Legault ajoute qu'il «regrette également le préjudice causé» à André Boisclair.
La Coalition avenir Québec précise qu'elle ne reviendra pas sur le dossier. «Les termes de l'entente sont confidentiels et les parties ne feront aucune autre déclaration publique à ce sujet.» La CAQ en a profité pour préciser «qu'aucun des frais encourus dans cette cause ne sera imputé à l'Assemblée nationale».