MarieChantal Chassé a été démise de ses fonctions comme ministre de l’Environnement.

Legault enlève l’Environnement des mains de MarieChantal Chassé

Insatisfait de ses apparitions devant les caméras, le premier ministre François Legault démet MarieChantal Chassé de ses fonctions de ministre de l’Environnement pour les confier au député de Deux-Montagnes Benoit Charette.

«C’était mieux pour elle et pour le gouvernement qu’elle cède ses responsabilités à quelqu’un d’autre», a expliqué M. Legault lors d’un point de presse en fin de journée mardi.

Le premier ministre François Legault justifie sa décision en pointant l’inexpérience médiatique de Mme Chassé. «C’est pas facile d’échanger avec les journalistes. C’est dur, parfois, ils sont durs les journalistes.»

Pour ce qui est du contenu, le premier ministre indique «que MarieChantal commençait à bien comprendre ses dossiers», et qu’elle est également «très appréciée de ses collègues ministres». C’est pourquoi il compte confier d’autres responsabilités, moins importantes, à celle qui restera députée de Châteauguay. 

Si M. Legault avait «des doutes ces dernières semaines» sur la capacité de Mme Chassé à porter le chapeau de ministre de l’Environnement, la décision finale a été prise lundi, après que les deux élus aient eu une «bonne conversation» ensemble, indique-t-il. 

Sur Facebook, l’ex-ministre a dit partir «la tête haute», en laissant «un plan clair» pour son successeur à l’Environnement. «Il pourra compter sur une passation des pouvoirs digne et ouverte.»

Le premier ministre procède à cet «ajustement ministériel» moins de trois mois après avoir formé son conseil des ministres. Il se dit très satisfait du travail de ses autres ministres, Mme Chassé étant la seule à qui il a demandé de quitter. 

M. Legault fait valoir qu’à part Marguerite Blais, aucun des ministres actuels n’avait déjà occupé de telles fonctions. «J’ai un peu pris une chance sur 25 personnes et je trouve que ma moyenne au bâton, elle est bonne». 

Parité hommes-femmes

Le premier ministre François Legault a annoncé la nomination de Benoit Charette, mardi, en tant que ministre de l’Environnement. Il remplace MarieChantal Chassé, démise de ses fonctions de ministre.

La nomination de Benoit Charette fait en sorte que le conseil des ministres de la Coalition avenir Québec (CAQ) comptera maintenant 14 hommes et 12 femmes, alors qu’il était parfaitement paritaire en octobre. «L’objectif de parité, ça reste toujours un objectif important. Par contre, il faut pas être rigide», croit M. Legault. 

Il juge que M. Charette a une grande expérience politique et les «meilleures capacités» pour jouer ce rôle. Le 18 octobre dernier, «il est passé proche» d’être nommé ministre, indique M. Legault. «C’est un homme qui a une grande rigueur, qui connaît le transport, qui va devenir un élément important pour réduire les GES.»

«Les Québécois sont de plus en plus soucieux des questions environnementales, donc c’est un très beau défi», a quant à lui commenté Benoit Charrette, qui a été assermenté en privé, quelques minutes avant la conférence de presse. 

M. Charette est celui qui a présenté en juin dernier le «plan de décongestion» de la CAQ pour les banlieues montréalaises. Comme ministre de l’Environnement, il compte adopter la même approche. «Une approche de concertation, une approche de collaboration avec le milieu municipal, le milieu des affaires, les experts en la matière, les groupes environnementaux», énumère-t-il. 

M. Charette a réitéré que le projet de construction d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis n’allait pas à l’encontre de la vision environnementale de son parti. «Dans notre perspective à nous, il n’y a aucune contradiction», indique-t-il, soulignant que le troisième lien allait aussi servir à faire passer une infrastructure de transport en commun entre les deux rives.

La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal s’inquiète de ce changement de garde précipité. «À Québec solidaire, on souhaite vraiment que la lutte aux changements climatiques ne se résume pas à des opérations de communication. Ce n’est pas seulement le fait d’être un bon communicateur qui fera de M. Charette un bon ministre de l’Environnement», commente-t-elle.

+

LE NOUVEAU MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT

- Benoit Charette 42 ans

- Élu député du Parti québécois (PQ) en 2008

- Quitte le PQ en 2011  et est élu député de la Coalition avenir Québec (CAQ) en 2014

- Diplômé en histoire et en administration publique

- Avant la politique, il a été gestionnaire pour différents organismes

L’EX-MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT

- MarieChantal Chassé 51 ans

- Élue députée de la CAQ le 1er octobre 2018

- Ingénieure en matériaux, diplômée de Polytechnique

- Femme d’affaires, elle est pdg de JMJ Aéronautique

- Auteure du livre Pourquoi mon patron est aussi chiant?