Selon François Legault, le gouvernement caquiste propose une mesure «raisonnable» en interdisant seulement aux personnes en situation d'autorité d'arborer les signes religieux, rappelant que la Charte des valeurs du Parti québécois voulait encadrer les pratiques de tous les travailleurs de l'État.

Legault dit garder le cap sur la laïcité

MONTRÉAL — Le premier ministre François Legault veut régler d'ici l'été prochain le dossier de la laïcité, qui permettra selon lui de lutter contre le racisme et l'extrémisme dans la province, a-t-il plaidé en entrevue à l'émission «La Joute», dimanche matin.

Lors d'un entretien à l'émission de la chaîne LCN, M. Legault a déclaré qu'en l'absence d'un «cadre», des dérapages surviennent au Québec.

Selon lui, le gouvernement caquiste propose une mesure «raisonnable» en interdisant seulement aux personnes en situation d'autorité d'arborer les signes religieux, rappelant que la Charte des valeurs du Parti québécois (PQ) voulait encadrer les pratiques de tous les travailleurs de l'État.

«Au Québec, il y a des gens qui sont racistes et qui souhaiteraient, par exemple, qu'une personne ne puisse pas porter un signe religieux dans la rue», a-t-il expliqué.

«Si on leur dit : à partir de maintenant on a posé un geste. Les personnes qui sont en autorité, incluant les enseignants, ne peuvent plus porter de signes religieux. C'est comme si on venait définir un carré de sable.»

M. Legault ne croit pas que le débat s'avérera aussi enflammé que lorsque le PQ avait proposé sa charte.

«Il y a cet appui qui est important, de la population, il y a des petits groupes qui vont essayer de s'y attaquer. Mais moi, mon intention, c'est de régler tout ça d'ici l'été et de tourner la page pour parler des vrais sujets», a-t-il soutenu.

Le premier ministre ne s'est pas fait questionner sur le fameux enjeu de la clause des droits acquis, qui permettrait aux employés actuels qui portent des signes religieux de conserver leur emploi.

M. Legault a dit par le passé qu'il ne souhaitait pas qu'un employé déjà en poste perde son emploi en raison de ces nouvelles règles. Mais certains membres du caucus caquiste ont fait part de leur réserve sur cette question.

La semaine dernière, en caucus, le premier ministre Legault a dit que c'est lui qui trancherait ultimement dans les prochaines semaines.

«A priori, congédier quelqu'un [qui refuserait d'enlever son signe religieux], ce n'est pas avec plaisir que je ferais ça. Par contre, veut-on créer des sortes de clauses orphelin avec des droits selon la date d'embauche?» a-t-il déclaré.