François Legault a rectifié des propos tenus cette semaine en entrevue avec La Presse. 

Legault corrige le tir et nie vouloir faire payer les riches

Le chef caquiste François Legault reconnaît avoir commis une «erreur» en suggérant de faire payer les riches pour soulager la classe moyenne et les plus pauvres. L'entrevue de fin d'année du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) à La Presse lui a valu une volée de bois vert. Plusieurs partisans et observateurs y ont vu un virage à gauche improvisé.
Il a tenté de réparer les pots cassés, jeudi, sur sa page Facebook. 
«Je me suis mal exprimé et mes paroles ont causé une controverse», s'est amendé M. Legault. «En fait, dans l'entrevue, je me suis mis à réfléchir tout haut. Erreur! Je veux remettre les pendules à l'heure.»
L'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis lui a fait prendre conscience d'un ressentiment «des plus pauvres face aux plus riches» qui s'observe aussi chez nous, a dit M. Legault à La Presse. Il a affirmé que son parti n'aurait pas nécessairement aboli la taxe santé pour les mieux nantis, et qu'il faut «peut-être revoir certaines taxes et certains tarifs» dans leur cas. «C'est mon intention», a-t-il affirmé à La Presse
M. Legault s'est inquiété que les inégalités sociales nuisent à l'économie du Québec. Il a parlé de la réduction de la dette comme d'un «dogme». «C'est bien beau, la dette du Québec, mais il faut penser à la dette des Québécois», a-t-il affirmé. 
Loin de son créneau
Les propos du chef caquiste s'éloignent de son créneau de création de richesse et de réduction d'impôt, lui ont reproché ses critiques, notamment dans la région de Québec, où la CAQ fonde beaucoup d'espoir. 
«Il n'est absolument pas question pour la CAQ d'augmenter les impôts ou les taxes, a corrigé M. Legault, jeudi. De plus, les hausses des tarifs ne doivent jamais dépasser l'inflation pour tous les Québécois.»
Il a aussi noté qu'il est «très important de réduire notre endettement». «Ce que je veux, c'est enrichir les Québécois collectivement et individuellement», a poursuivi le chef caquiste. 
Après la victoire de son parti dans Arthabaska, M. Legault n'avait certes pas envie que les caricatures sur son virage à gauche alimentent les discussions autour de la dinde. 
«Je voudrais m'excuser auprès de Québec solidaire et du Parti québécois, a ironisé M. Legault sur Facebook. N'ayez crainte, je vous laisse votre programme.»