Le ministre François Blais.

L'Éducation à François Blais, l'Emploi à Sam Hamad

L'actuel ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, était pressenti, jeudi, pour succéder à Yves Bolduc à l'Éducation et à l'Enseignement supérieur. Le ministre du Travail, Sam Hamad, ajouterait l'Emploi et la Solidarité sociale à ses responsabilités ministérielles.
Ce matin, à 10h, Philippe Couillard mettra un point final aux spéculations au sujet de la succession d'Yves Bolduc, ministre démissionnaire des portefeuilles de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.
Les médias sont convoqués chez le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne pour l'annonce «des ajustements à la composition du Conseil des ministres».
Tout indique que «pas grand-monde seront impliqués» dans ce «petit remaniement», ont répété des stratèges durant la journée de jeudi.
Aucun des interlocuteurs du Soleil n'a avancé la possibilité que le premier ministre fasse «monter» un député à son cabinet.
Ex-doyen de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval, le ministre François Blais paraît être un candidat tout naturel à la succession de M. Bolduc. Le député de Charlesbourg est toutefois dans son domaine de prédilection à l'Emploi et à la Solidarité sociale. Ce ministère lui tenait à coeur.
Si l'information concernant le député-ministre de Louis-Hébert, Sam Hamad, se confirme, il s'agira pour lui d'un retour en grâce. Il paraissait s'ennuyer au Travail. M. Hamad a déjà été titulaire de l'Emploi et de la Solidarité sociale sous le gouvernement de Jean Charest.
Certaines spéculations envoyaient la ministre Hélène David à l'Éducation et à l'Enseignement supérieur. Une chose est sûre : elle ne sera pas chez le lieutenant-gouverneur ce matin, puisqu'elle se trouve à Bruxelles.