Le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau

Le prochain congrès du PQ au printemps 2017

Le Parti québécois (PQ) prendra son temps pour réécrire l'article 1 de son programme, celui portant sur la souveraineté du Québec.
Son prochain grand congrès national n'aura finalement pas lieu l'automne prochain, comme le voulait un scénario circulant depuis quelques semaines, mais au printemps 2017.
L'automne 2016 ne laisse pas suffisamment de temps pour préparer la «proposition principale» du parti, confie le président de la formation, Raymond Archambault, en entrevue avec Le Soleil. Dans le jargon péquiste et politique, la proposition principale constitue généralement la base d'un futur programme de parti.
Elle percolera jusqu'aux militants, qui auront le loisir de soumettre des amendements à travers différentes instances.
Calendrier politique
La proposition principale sera préparée par la commission politique du parti, qui a à sa tête un nouveau président, Philippe Dufort.
Or, cette proposition ne pourra être prête avant le mois d'août 2016, explique Raymond Archambault. Une fois qu'elle aura été rédigée, il faudra laisser du temps aux associations de circonscription pour organiser des congrès locaux. Ceux-ci devraient se tenir durant l'automne 2016.
L'hiver 2017 sera consacré, lui, aux congrès régionaux. Ce qui amènera le parti en congrès national au printemps 2017, dans environ 18 mois.
En politique, maîtriser le calendrier, c'est avoir une prise sur les éléments - du moins l'espère-t-on toujours. Le congrès de 2017 se tiendra au beau milieu du 150e anniversaire du Canada.
Également, le Québec sera à ce moment-là plus près des élections d'octobre 2018, ce qui permettra au parti et à ses militants de mieux évaluer jusqu'où aller avec le programme.
«Moment approprié»
Techniquement, les statuts du Parti québécois prévoient que les congrès nationaux se tiennent tous les quatre ans. Le dernier s'est déroulé en 2011. Lors du prochain, six années se seront donc écoulées entre les deux.
Les congrès doivent se dérouler tous les quatre ans à moins d'événements particuliers, comme l'élection d'un nouveau chef, précise Raymond Archambault. Les congrès du genre réunissent plus de 2000 militants.
Adopté lors du dernier congrès du PQ, en avril 2011, l'article 1 du programme actuel repose sur l'idée du «moment approprié». Il se lit ainsi : «Aspirant à la liberté politique, le Parti québécois a pour objectif premier de réaliser la souveraineté du Québec à la suite d'une consultation de la population par référendum tenu au moment jugé approprié par le gouvernement.»
Il y a quelques années, ce même article 1 revêtait des accents plus volontaristes. Il stipulait qu'un référendum sur la souveraineté du Québec se tiendrait «le plus rapidement possible au cours du prochain mandat».