John Mackay

Le président de la Sépaq congédié

Le gouvernement du Québec a mis fin au contrat de John Mackay, qui était depuis trois ans président-directeur général de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

Tant l’adjointe de M. Mackay, Louise Dancause, que la responsable des communications de la Sépaq, Mélanie Pageau, que le membre du conseil d’administration John C. Dunn ont confirmé au Soleil que ce n’était pas le conseil d’administration de la Sépaq, mais bien le Secrétariat aux emplois supérieurs du gouvernement du Québec qui avait décidé de mettre fin au contrat de M. Mackay. Celui-ci aurait été poussé vers la retraite.

Mmes Dancause et Pageau ont toutefois dit ignorer les raisons qui avaient motivé la décision, qui a été prise la semaine dernière. Du côté du Secrétariat aux emplois supérieurs, les responsables des communications n’ont pas rappelé Le Soleil mardi.

«C’est Guylaine Berthiaume [vice-présidente à l’administration et aux finances] qui prendra la relève de façon intérimaire pour les prochains mois, le temps de trouver un nouveau pdg», a cependant indiqué Mme Dancause.

Il n’a pas été possible de joindre M. Mackay non plus puisque celui-ci se trouve présentement en vacances en Europe. Sur sa page personnelle Facebook, quelques amis lui souhaitaient une «bonne retraite».

Membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec et de l’Ordre des administrateurs agréés du Québec, M. Mackay a œuvré dans et dirigé plusieurs firmes de génie-conseil, notamment Mackay, Masson, Potvin, Théberge et Trépanier, Cima Plus, Paquet, Dutil et associés et Consulab Inc. de 1975 à 1992.

Il a ensuite dirigé les entreprises Plastiques Daniel Leblanc et Plessi Environnements Commerciaux de 1992 à 2001 avant de devenir consultant, notamment pour Bell Nordic Inc., dont il était aussi directeur du bureau de Québec.

Il a par la suite entrepris une carrière de cadre dans la haute fonction publique québécoise, notamment à la Société d’habitation du Québec, dont il a été pdg, et à la Régie du bâtiment du Québec, dont il a été régisseur et vice-président à la réglementation et au soutien organisationnel.

En 2015, il avait été nommé pdg de la Sépaq, un poste où il affirme, sur sa page personnelle sur LinkedIn, avoir «dirigé une transformation organisationnelle importante, apportant des résultats records au cours des trois années». 

En janvier, il affirmait cependant au quotidien Le Devoir que l’organisme avait raté ou abandonné plus du tiers de son dernier plan stratégique et disait vouloir réparer les erreurs du passé en misant sur une approche plus commerciale que comptable.

De 2012 à 2017, les résultats de la Sépaq, tant au chapitre des revenus que de la fréquentation, ont cependant augmenté de façon significative. Les revenus annuels sont passés de 128 à 150 millions $ et la fréquentativon des parcs et attraits touristiques de la Sépaq est passée de 6,2 à 7,2 millions de visiteurs.

L’une des dernières apparitions publiques de M. Mackay comme pdg de la Sépaq aura été l’inauguration, le 22 juin, du 24e parc national du Québec, celui d’Opémican en Abitibi-Témiscamingue.