«J'assume mes responsabilités pour toute erreur que j'ai pu commettre, a déclaré le premier minsitre grec Alexis Tsipras, j'assume la responsabilité d'un texte auquel je ne crois pas mais que j'ai signé pour éviter un désastre au pays», en l'occurrence une sortie de l'euro en forme de plongée dans l'inconnu.

Le premier ministre grec démissionne et déclenche des élections

Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a annoncé sa démission et le déclenchement d'élections anticipées, jeudi, après avoir été confronté à une rébellion au sein de son parti de gauche, Syriza, concernant le nouveau plan de sauvetage du pays.
Dans un discours télévisé diffusé jeudi, M. Tsipras a défendu les tactiques de négociations de son gouvernement et soutenu que l'offre de 86 milliards d'euros sur trois ans faite par les autres pays de la zone euro était la meilleure entente que pouvait obtenir la Grèce.
Il a ajouté que, maintenant que le pays était assuré de recevoir de l'argent, il avait senti l'obligation morale de laisser la population grecque se prononcer sur ses actions.
Alexis Tsipras devait plus tard remettre officiellement sa démission au président du pays.
Les élections auront lieu d'ici un mois, des représentants du gouvernement grec ayant indiqué que ce serait probablement le 20 septembre.