Selon notre lecteur, ajouter un Ordre des enseignants à un système déjà trop lourd ne ferait que créer d'autres problèmes et augmenter les frais pour la population du Québec, qui paie la facture.

Le ministre Proulx réaffirme le caractère distinct des Îles

Le ministre Sébastien Proulx approuve la sortie du député des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie, en réaffirmant que cette circonscription doit rester intacte en raison de ses enjeux et besoins particuliers.
Le député de Jean-Talon et ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine faisait ainsi écho aux propos de son collègue insulaire tenus samedi sur Facebook. M. Chevarie avait alors assuré, après discussion avec le premier ministre, qu'il n'était pas question de revoir le statut particulier des Îles-de-la-Madeleine ni la reconnaissance du caractère insulaire de cette région.
Il faisait cette mise au point après que la Commission de la représentation électorale du Québec eut invité les élus à se pencher sur ce "statut particulier" dans un rapport sur la refonte de la carte électorale soumis à l'Assemblée nationale. La circonscription des Îles-de-la-Madeleine compte 10 767 électeurs et elle présente un écart de - 77,7 % par rapport à la moyenne provinciale.
«Moi, j'ai soutenu le décret pour l'insularité. J'ai soutenu ces démarches pour reconnaître les Îles pour ce qu'elles sont, a lancé le ministre Proulx. C'est clair pour nous que c'est important de conserver cette représentation qui est distincte. Il y a une spécificité là. Il faut aller aux Îles et en Gaspésie pour comprendre qu'on est dans des milieux complètement différents. Les besoins et les enjeux ne sont pas les mêmes. Le modèle actuel nous plaît. C'est d'ailleurs ce que le premier ministre a exprimé», ajoute-t-il.
Le statut particulier de la circonscription est inscrit dans la loi depuis 1895. Ses habitants avaient signé une pétition demandant d'être séparés du reste du comté de Gaspé. Ils évoquaient alors des caractéristiques géographiques et socio-économiques distinctes.