«Jean-François Roberge, là, c'est le Gaétan Barrette 2.0», a lâché Gabriel Nadeau-Dubois.

Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge comparé à Gaétan Barrette

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a été comparé jeudi à l’ex-ministre libéral Gaétan Barrette pour sa présumée «arrogance» dans le dossier des maternelles 4 ans.

Ni M. Roberge ni M. Barrette n’ont aimé la comparaison, au terme d’une journée fort houleuse à l’Assemblée nationale, où l’enjeu des services à donner aux bambins a dominé les échanges.

L’implantation universelle de la maternelle 4 ans est un des engagements principaux de la Coalition avenir Québec (CAQ) en campagne électorale, mais elle rencontre la résistance des trois partis d’opposition et de plusieurs syndicats, notamment pour son coût évalué à plus de 2 milliards $, alors qu’il existe déjà un réseau de Centres de la petite enfance (CPE) dont l’expansion n’est même pas complétée.

Jeudi, le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a fait une sortie en règle contre le ministre Roberge, qu’il accuse d’être obnubilé par le projet d’implantation de classes de maternelle 4 ans partout au Québec.

«(Il a) une attitude qui dit: «J’ai raison, tout le monde a tort et vous pouvez me présenter tous les faits que vous voulez à l’encontre de ma vision, c’est ma vision, j’ai raison, j’avance»», a commencé M. Nadeau-Dubois, avant de lâcher: «Jean-François Roberge, c’est le Gaétan Barrette 2.0.»

Ses propos ont été répétés en Chambre par la députée Christine Labrie, de QS. «L’attitude du ministre rappelle de très, très mauvais souvenirs aux Québécois, on a déjà vu ça, ici, un ministre qui veut imposer une réforme malgré tous les signaux d’alarme. L’arrogance, le manque d’écoute des besoins du milieu, on reconnaît ça», a-t-elle déclaré.

«M. le Président, est-ce que le ministre est en train de devenir un Gaétan Barrette 2.0?»

Les deux autres partis d’opposition n’ont pas tardé à sauter dans la mêlée. Le ministre Roberge «prend congé de la réalité québécoise», a accusé la députée libérale Marwah Rizqy, alors que sa consoeur péquiste Véronique Hivon dénonçait l’attitude de M. Roberge, qui «fonce tête baissée vers la mauvaise priorité pour nos tout-petits au Québec».

Le principal intéressé a vite fait savoir qu’il rejetait l’étiquette d’»arrogant», assurant en mêlée de presse travailler en «collaboration et concertation» avec les acteurs du réseau.

Furieux, Gaétan Barrette a pour sa part gazouillé: «Un qualificatif approprié pour un politicien qui fait de la petite politique», en référence à Gabriel Nadeau-Dubois.

Pratiquement toutes les questions en Chambre, jeudi, ont porté sur le projet de loi 5, qui vise la mise en place des services préscolaires aux enfants de 4 ans. Plus tard en commission parlementaire, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) a demandé au gouvernement de surseoir à l’adoption du projet de loi et de reporter l’implantation de la maternelle 4 ans universelle.

La FAE, qui représente 44 000 enseignants, rappelle que les maternelles 4 ans ont d’abord vu le jour pour aider les enfants en milieu défavorisé et que leur déploiement dans ces milieux prioritaires n’est même pas complété. Elle déplore donc que les modifications au projet de loi biffent le concept d’élève de 4 ans «vivant en milieu défavorisé».

«Je veux offrir le plus rapidement possible à tous les enfants, et en particulier les 27 pour cent d’enfants qui ont des difficultés d’apprentissage, les meilleurs services, donc il n’est pas question de retarder des services», a réagi le premier ministre François Legault en mêlée de presse.

Legault prêt à prolonger la session

Par ailleurs, le premier ministre s’est dit prêt à prolonger la session parlementaire au-delà du 14 juin pour faire adopter deux projets de loi d’importance capitale pour lui: le projet de loi 21 sur la laïcité et le projet de loi 9 réformant le système d’immigration au Québec.

Les deux projets de loi sont pilotés en même temps par le même ministre, Simon Jolin-Barrette.

«(Que le) gouvernement cesse cette arrogance. Nous, on essaie de faire notre travail. (...) On fait des propositions, on essaie de trouver des solutions», a déclaré le chef intérimaire libéral, Pierre Arcand, qui estime que le ministre Jolin-Barrette manque de «flexibilité».

M. Jolin-Barrette avait plus tôt accusé les libéraux de faire de l’obstruction. Il a déclaré jeudi être ouvert aux demandes d’amendements «sérieuses».

Les élus siégeront exceptionnellement lundi prochain. «Faut-il siéger au mois de juillet? Est-ce qu’on doit poursuivre toute la fin du mois de juin? Ce sont des choses qu’on va discuter avec l’opposition», a indiqué M. Legault.