Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La député libérale Marwah Rizqy
La député libérale Marwah Rizqy

Le gouvernement doit freiner les éclosions dans la grande région de Québec, presse l’opposition 

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Des mesures sanitaires d’urgence sont déjà implantées à Québec et en Chaudière-Appalaches devant la situation «critique» dans ces régions, mais le gouvernement pourrait en faire plus pour prévenir la transmission du virus, soutient l’opposition officielle. Elle presse la CAQ d’en faire plus pour prévenir les éclosions. 

Le virus circule plus rapidement dans la grande région de Québec que n’importe où ailleurs dans la province. Ensemble, la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches totalisaient mardi 490 nouveaux cas, soit plus de 30% de toutes les plus récentes infections recensées dans l’ensemble du Québec.

Pour freiner la cadence élevée de propagation, le Parti libéral du Québec (PLQ) demande au gouvernement Legault de donner à ces régions des «outils supplémentaires».

«Malgré les mesures sanitaires sévères, les cas et les hospitalisations continuent d'augmenter, même dans des groupes plus jeunes […] Au-delà des mesures sanitaires, il y a le rythme de dépistage et de vaccination qui doit augmenter de régime», estiment Marwah Rizqy et Marie Montpetit, respectivement porte-parole pour la Capitale-Nationale et porte-parole en matière de santé dans l’opposition officielle.

Tests rapides

Elles proposent entre autres de favoriser le dépistage dans les milieux en éclosion en déployant «massivement» des tests rapides dans les entreprises. Dans la grande région de Québec, les milieux de travail comptent pour près de 70% des éclosions actives, en date de mardi.

Des tests rapides devraient aussi être déployés dans les écoles lors du retour des élèves en présentiel, croient-elles, ajoutant que l’implantation de purificateurs d’air dans les milieux scolaires doit être considérée.

Vaccination étendue

Le ministre de la Santé Christian Dubé a annoncé dès mercredi l’élargissement de la vaccination dans l’ensemble du Québec aux travailleurs essentiels comme les professeurs, les enseignants et les éducatrices en services de garde, ainsi qu’aux personnes qui souffrent de maladies chroniques, comme c’était déjà le cas à Montréal.

Par ailleurs, «alors que 450 entreprises avaient levé la main au gouvernement, seulement une entreprise a été retenue dans Chaudière-Appalaches, soit le pôle Desjardins, et aucune dans la Capitale-Nationale», déplore l’opposition officielle, appelant à travailler avec les entreprises de la région pour permettre d’ouvrir la vaccination à «tous les groupes».