Martine Ouellet

Laïcité: au tour de Martine Ouellet de s'avancer... un peu

La candidate à la direction du Parti québécois Martine Ouellet s'est dite étonnée, mercredi, de la sortie de son collègue Alexandre Cloutier sur la question de la laïcité.
Dans une lettre ouverte qu'il a rédigée avec Louise Beaudoin, Alexandre Cloutier a invité ses lecteurs à ne pas se diviser autour du port de signes religieux par des fonctionnaires. Et il a rejeté l'idée d'adopter une clause de droits acquis telle que proposée par son collègue Bernard Drainville.
Une telle clause permettrait de soustraire à l'interdiction de port de signes religieux ceux qui sont déjà employés par l'État; la clause ne s'appliquerait qu'aux nouveaux employés. M. Cloutier propose d'interdire les signes religieux aux employés de l'État qui sont en situation d'autorité, ainsi qu'aux enseignants.
Interrogée à ce sujet mercredi, alors qu'elle donnait une conférence de presse sur un autre thème, la candidate Martine Ouellet y a vu un changement de cap de la part de M. Cloutier. Elle a soutenu qu'après les élections, M. Cloutier avait pris ses distances de la position adoptée par le Parti québécois, pour ensuite revenir selon elle à ce que le parti avait proposé.
Mme Ouellet affirme qu'il faut miser sur les grands consensus qui se sont dessinés lorsque la question de la charte de la laïcité a été débattue sur la place publique, comme l'égalité entre les hommes et les femmes. Elle n'a pas voulu donner plus de détails, affirmant qu'elle préciserait ses orientations plus tard dans la course à la direction du parti.