La semaine politique

L'image de Monique Jérôme-Forget
Mardi, le chef péquiste, Jean-François Lisée, tenait une conférence de presse sur la vente d'immeubles de la Société immobilière du Québec. Il réclamait que l'ex-ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget, soit interrogée en commission parlementaire. Ce ne sera pas le cas, car le gouvernement refuse de convoquer une commission parlementaire sur ce sujet sur lequel se penchent déjà l'UPAC et la vérificatrice générale. Pendant que M. Lisée parlait de Mme Jérôme-Forget, l'image de l'ex-ministre est apparue sur un écran installé dans le hall du parlement! Il n'y avait pas de son, mais, debout devant M. Lisée, les journalistes voyaient l'ancienne ministre tout près d'eux. Ils pouvaient écouter M. Lisée et l'imaginer, elle, raconter, bien calée dans un joli fauteuil, les hauts et les bas de sa carrière politique. L'émission diffusée s'appelle Mémoires de députés
***
C'était d'abord non
Les partis d'opposition en appellent beaucoup à la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc. Le Parti québécois aussi, bien entendu. Normal. Elle et son équipe dévoilent des faits qui autrement resteraient dans l'ombre. Mme Leclerc a déjà acquis la réputation de ne rien laisser de côté. En décembre 2014, pourtant, l'opposition officielle représentée par le Parti québécois avait refusé sa nomination au poste de vérificatrice générale du Québec. Aucune raison n'a jamais été donnée, mais le Parti québécois avait dans un premier temps rejeté cette candidature présentée par le gouvernement Couillard. Les négociations entre les partis ont mis quelques semaines à aboutir. Finalement, Mme Leclerc a été nommée en février 2015. Le PQ s'en félicite.
***
Ma parole!
Parti Quebecois and Opposition Leader Jean-Francois Lisee questions Quebec Premier Philippe Couillard, during question period Wednesday, October 19, 2016 at the legislature in Quebec City. Lisee was elected as leader of the Parti Quebecois on Oct 7, 2016. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
«Comme disait M. Parizeau, des paroles verbales.»
- Jean-François Lisée se désolant des réponses de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, sur la croissance du nombre de requêtes en arrêt des procédures judiciaires.
***

Mauvais juge?
En entrevue au Soleil, mardi, le ministre Gaétan Barrette a souligné que l'on critique qu'un médecin soit à la tête de la Santé, mais qu'on envisagerait pas autre chose qu'un avocat à la Justice. «Et je peux vous dire une affaire, la Justice est bien, bien, bien moins compliquée à administrer que la Santé, a-t-il noté. Bien, bien, bien moins. Il n'y a rien de compliqué en Justice.» Pas sûr que sa collègue ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, au coeur de la tempête sur la lenteur des tribunaux québécois et des arrêts de procédures, soit du même avis. 
***
Je dirais même plus
On ne peut pas insulter un adversaire en chambre. Ça, on le savait. Pas de surprise, donc, à ce que le président demande au ministre Carlos Leitão de retirer ses paroles lorsqu'il a traité les caquistes «d'idiots». Ce qu'on ne savait pas, c'est qu'un député ne peut pas s'insulter lui-même. Quand le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a repris les mots du ministre, l'accusant de dire que «je suis un idiot», le président l'a aussi exhorté à cesser d'utiliser ce langage. «On ne commencera pas à s'invectiver ici», a dit le président Jacques Chagnon. En chambre, les députés sont protégés contre eux-mêmes.
***
Les mises de Côté