La semaine politique

«Bidon», toi-même!
Les faits parlent d'eux-mêmes : lundi, la Coalition avenir Québec a accusé le Parti québécois d'avoir «mis en place une fiducie bidon». Le député caquiste Simon Jolin-Barrette faisait référence à cette fiducie dans laquelle le PQ s'est engagé à placer les quelque 150 000 $ que le Directeur général des élections du Québec lui réclame. Ce jour-là, le chef caquiste François Legault présentait les priorités qu'il aimerait que le gouvernement Couillard inscrive dans son prochain budget. Le lendemain, le Parti québécois se fendait d'un communiqué coiffé du titre suivant : «Les promesses bidon de François Legault aux familles»...  Jean-Marc Salvet
***
Ma parole!
«Je crois qu'il faut absolument sortir du pouvoir la classe politique qui nous gouverne depuis 30 ans. Cette classe politique a trahi le Québec.» 
- Gabriel Nadeau-Dubois, qui souhaite devenir coporte-parole de Québec solidaire et député de Gouin
***
La malédiction du 8 mars
La période entourant la Journée internationale des femmes n'est pas la plus facile pour la ministre de la Condition féminine. À presque pareille date, l'an dernier, Lise Thériault s'attirait les foudres de divers groupes pour sa déclaration à l'effet qu'elle est «plus égalitaire que féministe». Cette année, elle s'est fait reprocher son refus d'accorder des entrevues sur le 8 mars en raison de sa mission au Japon. Sans compter qu'elle a quand même dû s'expliquer sur la lettre de démission qu'elle aurait déposée au premier ministre fin janvier, insatisfaite de son rôle au gouvernement. «Je n'ai pas menacé de démissionner dans les derniers jours», s'est-elle justifiée à La Presse. Elle promet de terminer son mandat, mais ne s'avance pas sur la prochaine élection.  Simon Boivin
***
La mise de Côté
Horaire de premier ministre?
C'est à la fois un sprint et un marathon auquel a participé le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, cette semaine en Europe. Il s'est rendu à Barcelone, où il a notamment discuté d'indépendance, mais aussi à Munich et à Londres. Lundi, il a eu six entretiens à Barcelone. Un peu moins le lendemain, mais six à nouveau à Munich mercredi. Le scénario a été à peu près le même à Londres. Au cabinet de Philippe Couillard, on rappelle souvent que les missions à l'étranger sont des courses folles, qu'elles laissent peu de répit. De là à compatir avec M. Lisée, il y a un pas que les collaborateurs du premier ministre ne franchiront tout de même pas.  Jean-Marc Salvet
***
Encore les vieux
Intéressante, la réplique de la députée péquiste Catherine Fournier et du conseiller spécial Paul St-Pierre-Plamondon à l'arrivée du solidaire Gabriel Nadeau-Dubois sur la scène politique. Particulièrement leur réplique à ses accusations de trahison de la part de la classe politique des 30 dernières années. Plusieurs politiciens des dernières années en ont pris ombrage. «Ça pouvait tendre vers un discours sans nuance, a analysé Mme Fournier, du style d'un plus vieux politicien.» Voilà une défense qui a dû faire chaud au coeur des vieux routiers de la politique québécoise : soit vous êtes un traître, soit vous manquez de nuance.  Simon Boivin