La semaine politique

Les superhéros existent
Oui, les superhéros existent. Ils sont à l'Assemblée nationale. Philippe Couillard personnifie Superman, à moins que ce ne soit l'inverse. Batman et Spider-Man, eux, vivent en Jean-François Lisée et François Legault. Enfin, il paraît. C'est M. Legault qui a découvert le pot aux roses. «Les Québécois savent que le premier ministre a augmenté les tarifs de garderie, qu'il a augmenté les tarifs d'électricité, qu'il a laissé augmenter les taxes scolaires. Est-ce que notre Superman québécois peut revenir sur terre, puis baisser les impôts?» a-t-il lancé au Salon bleu. Lui et Jean-François Lisée devraient aussi se choisir un superhéros, s'est amusé le premier ministre. «Peut-être que Batman et Spider-Man sont parmi nous», a-t-il relancé en les regardant l'un et l'autre. 
***
Réponse de neurochirurgien
Le péquiste Jean-François Lisée s'est désolé d'être incapable de comprendre certains choix de Philippe Couillard - et encore plus de ne pas parvenir à le convaincre de changer son fusil d'épaule. «Je n'arrive pas à entrer dans le cerveau du premier ministre», a-t-il laissé tomber mardi. L'intéressé, qui a déjà exercé la profession de neurochirurgien, s'est lui aussi déclaré inapte à comprendre son adversaire. «Je veux rassurer tout le monde : je ne pense pas un jour être capable d'entrer dans le cerveau de mon collègue le chef de l'opposition officielle.»
***
«Gouverner, ce n'est pas facile», répète souvent M. Couillard.
Ma parole !
«On a littéralement sauvé le Québec.»
- Le premier ministre Philippe Couillard, qui, au lendemain des élections partielles, a estimé que l'action de son gouvernement était incomprise.
***
Ce qui est à toi est à moi
En droit, on dit que la meilleure des preuves est l'aveu. Depuis le temps que la Coalition avenir Québec (CAQ) et François Legault reprochent aux libéraux de leur chiper des idées, Philippe Couillard leur a donné raison sans contredit. Le premier ministre félicitait en chambre le chef de l'opposition, Jean-François Lisée, d'une proposition qu'il venait de soumettre. «Je vais lui promettre une chose : si on la retient, on dira que c'est son idée, a assuré M. Couillard. Ça nous fera plaisir de dire que c'est son idée. Comme on l'a fait régulièrement avec la CAQ, d'ailleurs, et on va continuer à le faire. Malheureusement, il n'y a pas de copyright en politique. Ça ne marche pas de même.» Il n'y a aucune propriété intellectuelle sur les bonnes idées politiques. Elles sont à qui veut bien les reprendre. Que cela se sache. 
***
Un grand Canadien
Le député péquiste de Rimouski a reçu des félicitations qu'il n'aurait jamais pensé recevoir. Harold Lebel est à l'aise dans le milieu communautaire. Il a obtenu la responsabilité des dossiers de l'emploi, de la solidarité sociale et de la lutte contre la pauvreté. Mais avec le projet de loi sur le transfert des activités du Registraire des entreprises, il a été plongé dans l'univers des affaires qui ne lui était pas du tout familier. Il rigole aujourd'hui que son travail à lui, un souverainiste de longue date, ait été souligné dans un communiqué par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. «Je pense que je vais faire encadrer la lettre et la mettre dans mon bureau», a-t-il blagué.
***
Les mises de Côté
Chaque semaine, découvrez une des esquisses de caricature laissées en plan par André-Philippe Côté.