Selon le libéral Jean-Marc Fournier, depuis le début de la course à la chefferie du Parti québécois, c'est la «mécanique référendaire» qui a fait le plus couler d'encre.

La fièvre référendaire reprend le PQ, selon Fournier

La course à la chefferie replonge le Parti québécois dans son obsession référendaire qui «demeure le moteur de leur action politique», commente le libéral Jean-Marc Fournier.
Depuis le début de la course, le retour des débats sur la clarté du calendrier et de la mécanique référendaire a occupé le haut du pavé, note le leader parlementaire libéral. «Il y en a une qui est plus pour le sprint, une autre pour la course à obstacles, lui est plus pour le marathon, a déclaré M. Fournier. À la fin du jour, on sait qu'avec le PQ, il y a un référendum et on plaide pour la séparation.»
De son côté, le ministre Pierre Arcand parle de la proposition de Jean-François Lisée de tenir un référendum dans un deuxième mandat comme d'un gage de «six années de turbulence» au Québec. 
Même son de cloche du côté du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. «On va avoir une campagne référendaire qui va durer six ans, a-t-il commenté. Les Québécois ne seront pas dupes.»
Aucune pénurie de bacs à seringues, dit la ministre
Les bacs servant à récupérer des seringues souillées sont disponibles partout au Québec, a assuré mardi Lucie Charlebois, la ministre déléguée à la Santé publique du Québec. C'est l'assurance que lui ont donnée ses collaborateurs, qui ont téléphoné, a-t-elle dit, partout au Québec pour vérifier que c'était bel et bien le cas. C'est donc la réponse qu'elle a fournie au député péquiste Jean-François Lisée, qui s'est inquiété d'apprendre, à la lecture d'un témoignage paru dans Le Soleil, qu'il existe toujours une pénurie de ces bacs dans lesquels jeter des seringues souillées. Il a rappelé que «des milliers de gens au Québec ont des maladies qui font en sorte qu'ils doivent utiliser des seringues et qu'ils doivent en disposer». Il a dénoncé un «rationnement» découlant de «l'austérité libérale».  
Avec Jean-Marc Salvet