Les manifestants sont restés pacifiques et sont partis par eux-mêmes, sans que la police n'ait à intervenir.

La CSN dans les bureaux de Sam Hamad

Une soixantaine de syndiqués de la CSN ont occupé pendant un peu plus d'une heure lundi avant-midi le bureau de circonscription du député libéral Sam Hamad, pour protester contre l'adoption par bâillon du projet de loi 10.
«Ce n'est pas vrai qu'on laisse ça passer sans dire un mot», a lancé Ann Gingras, présidente du conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN.
Agglutinés dans le petit bureau situé à Saint-Augustin, les manifestants sont restés pacifiques et sont partis par eux-mêmes, sans que la police, qui était stationnée en bas, n'ait à intervenir. M. Hamad n'était pas présent, mais son personnel de bureau soutient que tout s'est déroulé dans le calme et qu'ils s'attendent à d'autres occupations du même genre dans le futur.
Vers un «printemps chaud»
Cette action, qui s'est tenue simultanément dans une quinzaine de bureaux de députés libéraux lundi, dont celui de Dominique Vien, à Saint-Malachie, n'est que le début d'une escalade vers un «printemps chaud», soutient Mme Gingras.
Déjà, ce jeudi, les groupes syndicaux, étudiants et communautaires réunis au sein du collectif Refusons l'austérité tiendront un rassemblement toute la journée au Centre des congrès de Québec, qui sera suivi, vers 16h, d'une manifestation devant l'Assemblée nationale.
D'autres actions suivront, notamment lors de l'adoption du budget du gouvernement Couillard en mars. «Il faut absolument qu'on soit capables d'augmenter l'intensité» des actions, soutient Mme Gingras. Selon elle, la population sera bientôt plus réceptive au message syndical, «parce que c'est en 2015 qu'on va sentir l'effet des coupures annoncées l'année dernière».