Les Forces armées canadiennes n'osent plus estimer le coût des travaux de rénovation de la Citadelle. Les dépenses augmentent au fil des saisons, la liste des urgences s'allonge.

La Citadelle transformée en chantier

La Citadelle de Québec sera transformée en vaste chantier au cours des prochaines années.
Cent millions de dollars? Cent soixante-cinq millions de dollars? L'armée n'ose plus d'estimation de la dépense pour les travaux substantiels, les coûts s'envolant au fil des saisons, la liste des urgences s'allongeant. Disons qu'un investissement de dizaines de millions de dollars est en cours.
Déjà, les casemates sont en rénovation, nous apprend le major Steeve Camirand, officier principal de planification, au service génie, 5e Groupe de soutien de secteur. Que sont les casemates? Des bâtiments cachés dans les épais remparts recouverts de terre gazonnée.
D'ici quelques mois, quelques années, le site sera également troué comme un gruyère. Tous les réseaux souterrains d'aqueduc et d'égout seront changés. «C'est majeur! note l'ingénieur Camirand. Notre planification vise les cinq à sept prochaines années pour compléter les travaux. On veut creuser une seule fois, remplacer toutes les conduites en même temps.»
Dès que la nouvelle tuyauterie sera en place, l'armée s'attaquera à la «priorité numéro 1» : le déploiement d'un système de gicleurs contre le feu - souvenons-nous ici du Manège militaire installé à deux pas de la Citadelle, rasé par les flammes durant des travaux d'installation de gicleurs... Les premiers bâtiments protégés des incendies seront les dortoirs des militaires. Car on l'oublie parfois, mais le 2e Bataillon du Royal 22e Régiment offre à ses soldats des «chambres pour célibataires» dans l'enceinte historique.
Dernier chantier majeur dans les cartons du major, la réfection, dès l'été prochain, du mur du bastion Mann. Il s'agit du mur sud-est de la Citadelle, celui qui surplombe le fleuve. «C'est un projet d'envergure.» On ne sait pas si la promenade des Gouverneurs sera ouverte aux marcheurs au cours des deux prochaines saisons estivales.
Alors, combien coûtera cette restauration? En 2008, Le Soleil révélait que le vénérable bâtiment fédéral devait subir une cure de jouvence d'une centaine de millions de dollars. Deux ans plus tard, l'inflation avait gonflé la facture de plus de 50 %, à 165 millions $. Au bout du fil, Steeve Camirand n'avance plus de montant global : «Le temps passe, et il y a des estimés qui ne sont plus bons.» L'officier ne risque pas davantage un échéancier trop contraignant : «L'ensemble des projets devraient être réalisés en 2020.»
Dossier compliqué
Il faut souligner que le dossier est compliqué! «Lorsqu'on fait des travaux dans des bâtiments patrimoniaux, ça demande une certaine délicatesse, fait remarquer le major Camirand. C'est pour ça que ce sont des projets assez longs qui demandent des études approfondies.» En plus, des fouilles archéologiques devront précéder la première pelletée de terre.
L'entretien et la rénovation de la Citadelle de Québec sont d'autant plus difficultueux que plusieurs ministères fédéraux se partagent les nombreuses composantes du complexe. Le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux Canada (TPSGC) a la responsabilité de la redoute du Cap-aux-Diamants. TPSGC collabore avec le Bureau du secrétaire du gouverneur général du Canada pour la gestion de la demeure québécoise de ce dernier; la base militaire abrite une des deux résidences du représentant de la Couronne britannique.
Quelques divisions de la Défense nationale sont également dans le coup. Par exemple, le Royal 22e Régiment gère le musée. Reste la Commission des champs de bataille nationaux qui doit entretenir les fortifications extérieures, les murs qui se dressent vers les plaines d'Abraham.
Construite entre 1820 et 1850, la Citadelle de Québec serait la plus importante forteresse britannique d'Amérique du Nord, selon le site Internet consacré au lieu historique www.lacitadelle.qc.ca. Deux de ses bâtiments datent néanmoins du régime français.
La propriété couvre environ 2,3 kilomètres carrés. La Ville de Québec évalue l'ensemble à au moins 37 millions $.
Depuis 1920, la Citadelle est la résidence officielle du Royal 22e Régiment, le seul régiment francophone d'infanterie de l'armée. La reine anglaise, Élisabeth II, est la colonelle en chef du régiment.
La résidence du gouverneur général sera aussi rénovée
La résidence officielle du gouverneur général, plantée dans l'enceinte de la Citadelle de Québec, sera aussi rafraîchie. Un contrat de près de 2 millions $ a été octroyé par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux Canada (TSPGC) afin de rénover et d'imperméabiliser la terrasse de la seule demeure du représentant de la souveraine d'Angleterre située hors de la capitale canadienne.
Au cours de la dernière année, plus ou moins 237 000 $ ont aussi été dépensés pour réparer la toiture et un puits de lumière. «L'ensemble de ces travaux étaient requis pour empêcher l'installation de moisissures, assurer la capacité structurale du bâtiment et préserver ainsi l'intégrité de ce bâtiment patrimonial», indique une conseillère principale en communications, Sonia Tengelsen.
Selon TPSGC, en 2007, la Ville de Québec évaluait la demeure à 7 millions $. Le Bureau du secrétaire du gouverneur général note néanmoins que le lieu historique est «inestimable».