Le porte-parole caquiste pour le Conseil du trésor, Éric Caire

La CAQ rejette l'idée d'un référendum sur l'austérité

La Coalition avenir Québec (CAQ) dit non à la tenue d'un référendum sur l'austérité.
En entrevue avec La Presse Canadienne mardi, le porte-parole caquiste pour le Conseil du trésor, Éric Caire, a soutenu que le gouvernement libéral avait toute la légitimité démocratique requise pour rééquilibrer les finances publiques et résister aux groupes de pression.
À l'instar du premier ministre Philippe Couillard, le député de La Peltrie estime lui aussi que l'austérité dénoncée à grands cris par les syndicats n'existe pas au Québec. Il s'agit d'une «vue de l'esprit», selon lui.
Dans un texte paru mardi, l'éditorialiste André Pratte de La Presse propose la tenue, cet hiver, d'un référendum sur le plan de redressement des finances publiques mis en oeuvre par le gouvernement. À ses yeux, un appui de la «majorité silencieuse» en faveur de la démarche initiée par les libéraux tuerait dans l'oeuf la mobilisation syndicale qui se met en branle pour forcer le gouvernement à rebrousser chemin. L'éditorialiste en chef du quotidien montréalais suggère aux libéraux de tenter de s'entendre avec la CAQ et le Parti québécois sur la date et le libellé de la question afin de maximiser la crédibilité de la consultation.
Mais le député Caire juge qu'un référendum serait inutile parce que, selon lui, les centrales syndicales trouveront toujours un prétexte pour perturber l'ordre social au profit de leurs intérêts corporatifs.
À son avis, les électeurs québécois ont voté clairement en faveur du redressement des finances publiques en avril 2014 en élisant une nette majorité de députés libéraux et caquistes.