La candidate Leitch écrit que les contribuables ne devraient pas avoir à payer pour maintenir le navire radio-canadien à flot et se présente comme la seule aspirante à la chefferie conservatrice qui se « tiendra debout devant les médias sur cette question ».

Kellie Leitch abolirait Radio-Canada

Au tour de la candidate à la chefferie conservatrice Kellie Leitch de se prononcer sur l'avenir de Radio-Canada. Un avenir qui ne serait pas particulièrement reluisant pour la société d'État sous sa gouverne.
Au lendemain d'une annonce de son rival Maxime Bernier à ce sujet, la députée ontarienne a annoncé sur sa page Facebook, en anglais seulement, qu'elle irait plus loin en «démantelant» carrément CBC/Radio-Canada.
Celle qui dénonce régulièrement les «élites médiatiques» depuis le début de sa campagne a soutenu que si elle était première ministre du Canada, elle maintiendrait seulement «cette partie qui [diffuse] des alertes urgentes».
La candidate Leitch écrit sur sa page du réseau social que les contribuables ne devraient pas avoir à payer pour maintenir le navire radio-canadien à flot et se présente comme la seule aspirante à la chefferie conservatrice qui se «tiendra debout devant les médias sur cette question».
Elle juge que le plan de Maxime Bernier ne va pas assez loin. Le député de Beauce a annoncé mercredi qu'il souhaitait voir le diffuseur public se «recentrer sur son mandat», revoir sa structure de financement et annuler les 150 millions $ supplémentaires annuels annoncés par les libéraux.
Peu connue de la population canadienne, Kellie Leitch est apparue sur le radar médiatique lorsqu'elle a formulé sa controversée proposition de filtrer les «valeurs anticanadiennes» chez les candidats à l'immigration au Canada.