LANEQ est en grève depuis le 24 octobre.

Juristes de l'État: une offre «équitable» et «à moindre coût»

La proposition faite aux juristes de l'État est «équitable», car elle offre la parité salariale avec les procureurs de la Couronne à «moindre coût pour les contribuables», estime le président du Conseil du trésor.
Le ministre Pierre Moreau a répondu mardi aux critiques des avocats et notaires de l'État québécois (LANEQ), en grève depuis le 24 octobre. Ceux-ci déplorent avoir reçu la «moins bonne offre de toute la fonction publique». La dernière proposition salariale du trésor équivaut à une augmentation de 9,05 % sur cinq ans, alors que le front commun des fonctionnaires a obtenu 9,15 % à la fin de 2015. 
Mais, martèle M. Moreau, en «cennes et en piastres», tout pris en considération, les juristes et les procureurs conserveraient le même montant «dans leurs poches». Cette parité est réclamée par LANEQ depuis le début du conflit de travail, insiste-t-il. 
«À la fin de la journée, ce n'est pas le coût pour le gouvernement qu'on doit regarder, a déclaré M. Moreau. La raison pour laquelle on pense que l'offre est équitable, c'est qu'on arrive sur le plan de la rémunération à un élément paritaire, puis avec un moindre coût pour les contribuables. Je pense que c'est une situation qui est équilibrée.» 
Parité avec les procureurs
Le ministre refuse la comparaison entre l'augmentation consentie au front commun et celle offerte aux juristes. «Les juristes réclament la parité avec les procureurs de la Couronne, a dit M. Moreau. C'est ce qu'on donne. Est-ce que, dans les faits, le pourcentage arrive à X ou Y? Honnêtement, je pense que ce n'est pas l'enjeu.»
Le président du Conseil du trésor veut parler de «parité de rémunération», et non pas de «parité de pourcentage d'augmentation». Si le salaire total du procureur est plus élevé, ses cotisations à son régime de retraite sont aussi plus onéreuses pour des bénéfices comparables, soutient le Trésor. L'offre gouvernementale ferait donc en sorte qu'en bout de course, les juristes de l'État restent avec autant dans leur portefeuille - quelque 116 000 $ en moyenne - que les procureurs de la Couronne. Même si ces derniers ont obtenu une augmentation de 10 % en quatre ans. Et que Québec doit renflouer leur régime de retraite. 
«Il peut très bien arriver que, pour arriver au même chiffre, l'effort gouvernemental de dépenses soit plus important dans un cas que dans l'autre, a convenu M. Moreau. Mais je ne cherche pas une parité de coût pour le gouvernement. Je cherche une parité de rémunération.»
Le ministre se dit toujours ouvert à discuter du mode de négociation des juristes dans un comité qui se penchera sur leur statut avec diligence, a-t-il promis.  
Une rencontre devait avoir lieu à Montréal, mardi, entre les représentants de LANEQ et les négociateurs gouvernementaux.