Joe Oliver

Joe Oliver remplace Jim Flaherty aux Finances

Le ministre Joe Oliver quitte le portefeuille des Ressources naturelles pour remplacer Jim Flaherty aux Finances. C'est le ministre d'État aux Sciences, Greg Rickford, un élu ontarien tout comme M. Oliver, qui passe au ministère des Ressources naturelles.
Le premier ministre Stephen Harper a procédé à ce miniremaniement mercredi matin, sans convoquer les médias à Rideau Hall. C'est la démission surprise, mardi, du ministre Flaherty qui a provoqué cet effet domino.
Un troisième Ontarien, Ed Holder, hérite du portefeuille des Sciences et Technologie.
Comme ministre des Ressources naturelles, M. Oliver s'est employé à vendre le pétrole des sables bitumineux aux Américains. Il a multiplié les déclarations et les voyages aux États-Unis pour convaincre l'administration Obama d'accepter le projet de pipeline Keystone XL. Cet oléoduc transporterait le pétrole albertain jusqu'au sud des États-Unis.
Son arrivée aux Finances a immédiatement été critiquée par le Bloc québécois.
«Les liens de Joe Oliver avec l'industrie pétrolière et ses efforts pour réduire les exigences environnementales pour les projets qui relèvent de la compétence fédérale pourraient bien se traduire par des mesures encore plus complaisantes à l'égard des grandes pétrolières», peut-on lire dans le communiqué diffusé par Louis Plamondon, député bloquiste.
Comportement atypique
Impossible de connaître, pour l'instant, les intentions de M. Oliver pour son nouveau ministère. Il a refusé de répondre aux questions des journalistes en quittant Rideau Hall, mercredi matin, comportement atypique pour un des seuls ministres du gouvernement Harper qui était, jusqu'à maintenant, toujours prêt à tenir un point de presse.
«Nous parlerons un peu plus tard», a-t-il lâché en montant dans la voiture ministérielle, devant les protestations des journalistes.
Le nouveau ministre aux Ressources naturelles, M. Rickford, garde la responsabilité qu'il avait déjà du développement économique dans le nord de l'Ontario et du Cercle du feu. À ce titre, il devra continuer les négociations avec les Premières Nations du nord de l'Ontario pour l'exploitation des ressources minières de cette région. Le Cercle du feu couvre 5000 km carrés où on a découvert, entre autres, d'importants gisements de cuivre et de nickel.
Pour ce qui est du troisième élu impliqué dans le remaniement, M. Holder fait une première entrée au sein du conseil des ministres à titre de ministre d'État. Il vient de la ville de London, en Ontario.
À leur sortie de Rideau Hall, ces deux ministres, tout comme leur collègue Oliver et comme le premier ministre Harper n'ont répondu à aucune question des journalistes qui les attendaient à la porte.
M. Harper a annoncé officiellement les détails des changements à son cabinet vers 11h.
Sur Twitter
Mais une heure auparavant, le premier ministre avait utilisé Twitter, d'abord en anglais seulement, pour donner les détails de la nouvelle composition de son cabinet.
Il a même utilisé son compte Twitter français pour annoncer, en anglais, les nouvelles responsabilités du député Holder. Quelques minutes plus tard, on corrigeait l'erreur en faisant disparaître ce gazouillis dans la mauvaise langue.
M. Harper a également envoyé, sur Twitter, des photos de la cérémonie d'assermentation à Rideau Hall, cérémonie à laquelle n'ont pas eu accès les journalistes, ni les photographes de presse, ni les caméras des réseaux de télévision.
Quinze minutes après avoir gazouillé en anglais, le fil Twitter français du premier ministre a affiché, en français, une photo de l'assermentation du ministre Oliver. Il a fallu attendre encore 20 minutes pour que déboulent en français les annonces pour les trois ministres, toujours sous forme de courts gazouillis.
Une demi-heure plus tard, la déclaration officielle du premier ministre était distribuée, citant M. Harper dans les deux langues: «M. Oliver, M. Rickford et M. Holder apportent avec eux un vaste éventail de compétences et d'expériences, et je sais qu'ils obtiendront de bons résultats et qu'ils feront preuve de leadership fort dans ces portefeuilles des plus importants».
Fait à noter, le ministre Oliver parle parfaitement français, aptitude plutôt rare dans le conseil des ministres du gouvernement Harper. Mardi, il n'y a eu aucune version française de la lettre de démission de M. Flaherty.