Jacques Parizeau

Jacques Parizeau dit se porter mieux

L'ancien premier ministre du Québec Jacques Parizeau, visiblement affaibli, effectuait sa première sortie publique, lundi, à Montréal, depuis son hospitalisation de quelques jours à la mi-avril due à une soudaine baisse de pression artérielle résultant d'un épuisement.
M. Parizeau, âgé de 79 ans, a simplement laissé tomber qu'il allait «mieux», en se dirigeant vers la salle où se tenait le Gala des Patriotes, ne souhaitant pas s'adresser davantage aux médias.
Muni d'une canne et légèrement amaigri, mais souriant et attentif, M. Parizeau accompagnait sa femme Lisette Lapointe, la députée du Parti québécois de Crémazie qui était honorée dans le cadre de ce gala.
L'ancien premier ministre du Québec avait été admis à l'Hôpital général juif de Montréal le 5 avril. Il en était ressorti une semaine plus tard, une convalescence de plusieurs semaines devant être nécessaire.
Cette année, le rappel de la lutte des patriotes est célébré avec en toile de fond les 30 ans de l'échec du premier référendum sur la souveraineté de 1980, porté par René Lévesque, et les 15 ans de celui de 1995, déclenché par M. Parizeau. À la tête d'un gouvernement majoritaire, M. Parizeau avait lancé le référendum, gagné par le camp du Non par seulement quelques dizaines de milliers de votes.
Mme Lapointe s'est vue remettre lundi le Prix Marie-Victoire-Félix-Dumouchel, soulignant l'engagement d'une femme à la vie publique québécoise.
Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a reçu le prix Louis-Joseph Papineau, remis à un parlementaire ou ancien parlementaire ayant participé à l'avancement de la cause souverainiste.
Outre M. Duceppe et Mme Lapointe, le géographe et officier de carrière de l'armée canadienne René-Marcel Sauvé s'est vu décerner le Prix Chevalier-de-Lorimier dans le cadre de la Journée nationale des Patriotes.
Parmi les dignitaires présents à cet événement organisé par le Rassemblement pour un pays souverain figuraient la chef du Parti québécois, Pauline Marois, la chef de l'opposition à la Ville de Montréal, Louise Harel, et plusieurs membres de la députation péquiste et bloquiste.
Plus de 350 convives étaient présents, selon les organisateurs.