Les élus de tous les partis rencontraient à huis clos vendredi le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, qui détient une clé USB contenant des informations sensibles pouvant faire l'objet d'enquêtes.

Irrégularités au MTQ: le commissaire de l'UPAC comparait à l'Assemblée nationale

L'opposition n'entend pas se faire dicter par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) le choix des documents à être rendus publics sur de possibles irrégularités au ministère des Transports (MTQ).
Les élus de tous les partis rencontraient à huis clos vendredi le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, qui détient une clé USB contenant des informations sensibles pouvant faire l'objet d'enquêtes.
Forts d'une décision de la présidence de l'Assemblée nationale sur les privilèges des parlementaires et la souveraineté du Parlement, les partis de l'opposition veulent tenter de rendre publics le plus grand nombre possible de documents.
Cette clé USB contiendrait 2000 documents compilés par une analyste indépendante, Annie Trudel, qui a fait état d'irrégularités au ministère des Transports.
Lors de sa comparution en commission parlementaire il y a deux semaines, la sous-ministre aux Transports, Dominique Savoie, avait affirmé que la clé USB contenait des informations plutôt banales. Elle a été écartée de ses fonctions depuis.
La clé USB a été remise à l'UPAC, qui prétend qu'elle contient des renseignements pouvant faire l'objet d'enquêtes criminelles.
Quels documents divulguer
Les parlementaires siégeant à la Commission de l'administration publique (CAP) auront à déterminer, vendredi, avec M. Lafrenière, quels sont les documents qui pourront être divulgués sans nuire aux enquêtes.
En point de presse avant la séance de la commission, le député caquiste Éric Caire a affirmé le droit des parlementaires, fondé sur une décision rendue par la présidence de l'Assemblée nationale. Mais du même souffle, il reconnaît ses limites et les prérogatives des autorités policières.
«Pas question que quiconque m'interdise quoi que ce soit, sinon après discussion, nous exercerons notre jugement, a-t-il déclaré. Et si on réussit à me convaincre que diffuser telle ou telle information va saboter des enquêtes criminelles, je ne suis pas un imbécile, ce n'est pas ça mon objectif.»
Dans un autre point de presse, la députée péquiste Martine Ouellet a indiqué qu'elle avait comme objectif de rendre publiques les informations d'intérêt public qui ne porteraient pas préjudice aux enquêtes.