Le président du Sénégal Macky Sall et le premier ministre Justin Trudeau à leur arrivée au palais présidentiel à Dakar, mercredi.  
Le président du Sénégal Macky Sall et le premier ministre Justin Trudeau à leur arrivée au palais présidentiel à Dakar, mercredi.  

Interdire l'homosexualité n'a rien d'homophobe, dit le président sénégalais à Trudeau

AFP
Agence France-Presse
DAKAR — Le président Macky Sall a déclaré mercredi que l’interdiction de l’homosexualité au Sénégal relevait de la spécificité culturelle de son pays et n’avait «rien à voir» avec l’homophobie, en présence du premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a «brièvement» évoqué le sujet avec lui.

«Je suis toujours à la défense des droits humains et j’amène toujours ces enjeux-là partout où je vais», a dit lors d’un point presse commun à Dakar M. Trudeau, connu pour son engagement en la matière. «Le président Macky Sall connaît très bien mes perspectives là-dessus et on en a parlé brièvement», a-t-il ajouté.

Il a mis en contrepoint le fait que le Sénégal est, selon lui, «un leader en matière de démocratie, en terme de valeurs. On a tous du travail à faire encore».

M. Sall a confirmé que la question, sensible dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, avait été abordée dans leurs entretiens.

«Seulement, les lois de notre pays obéissent à des normes qui sont le condensé de nos valeurs de culture et de civilisation, a-t-il dit. Cela n’a rien à voir avec l’homophobie. Ceux qui ont une orientation sexuelle de leur choix ne font pas l’objet d’exclusion», a-t-il insisté.

Apostrophé par une journaliste qui lui demandait en quoi des lois interdisant l’homosexualité ne relevaient pas de l’homophobie, M. Sall s’est gardé d’expliquer.

Mais il n’a pas exclu une évolution.

«On ne peut pas non plus demander au Sénégal de dire : “Demain, on légalise l’homosexualité, et, demain, c’est la gay parade, etc.”», a-t-il ajouté, en référence aux Gay Pride ou «marches des fiertés» organisées dans d’autres régions du monde.

«Ça, c’est pas possible parce que notre société ne l’accepte pas. La société, elle va évoluer, ça prendra le temps que ça prendra», a dit le président sénégalais.

«Chaque pays a son propre métabolisme», a-t-il insisté quant au rythme de cette évolution.

Souvenir personnel

La loi sénégalaise punit de peines d’un à cinq ans d’emprisonnement les actes homosexuels. Le Code pénal parle d’«acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe».

M. Sall, dont le pays est souvent cité en exemple d’État de droit en Afrique, a toujours invoqué les spécificités du Sénégal pour refuser une dépénalisation de l’homosexualité.

Plus de la moitié des pays d’Afrique subsaharienne — 28 sur 49 — disposent de législations interdisant ou réprimant l’homosexualité, parfois passible de la peine de mort.

Le Sénégal est un pays ultra-majoritairement musulman pratiquant un islam réputé pour sa tolérance religieuse. De grandes confréries y jouent un rôle prépondérant dans la vie des Sénégalais. L’homosexualité y est largement taboue.

Avant la visite de M. Trudeau, la presse sénégalaise avait fait état des mises en garde d’un collectif conservateur contre le risque que le premier ministre ne vienne promouvoir un agenda homosexuel.

Au Canada, au contraire, s’est exprimée l’inquiétude que M. Trudeau ne sacrifie la défense des droits à la campagne actuellement menée par son pays pour un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Les voix des pays africains sont précieuses dans cette quête. Avant d’arriver lundi au Sénégal, M. Trudeau était en Éthiopie, où l’Union africaine était réunie en sommet.

Le président sénégalais lui a apporté son soutien.

«On a besoin de la voix du Canada au Conseil de sécurité. Je pense que c’est une voix qui va résonner et qui va être raisonnable. De ce point de vue, le Canada a tout notre soutien», a-t-il dit.

Le séjour de M. Trudeau au Sénégal met l’accent sur l’inclusion des femmes et des filles, y compris dans les missions de maintien de la paix, la situation au Sahel, les échanges commerciaux, l’aide au développement et la crise climatique.

Lundi matin, il a visité la Maison des esclaves sur l’île de Gorée, au large de Dakar, où est entretenu le souvenir de la traite négrière. «Je me souviendrai de cette visite toute ma vie», a-t-il dit, «bouleversé et ému».