À la mi-juin, le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, a présenté une offre qu'il a qualifiée de «finale et globale» aux ingénieurs de l'État.

Ingénieurs : pas de changement de ton

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) voulait voir si le «ton» du Conseil du trésor allait changer à la suite du refus à 90% de son offre «finale et globale». Il n'a pas changé, a constaté Andy Guyaz, secrétaire-trésorier de l'APIGQ, à la suite d'une rencontre, mardi.
Les ingénieurs ont déposé une contre-proposition au gouvernement et attendent de connaître son appréciation avant d'envisager la prochaine étape. Mais l'APIGQ maintient que toutes les options sont ouvertes, incluant un retour sur le trottoir.
Son mandat de grève a été renouvelé à 90 % par ses quelque 1400 membres. Les ingénieurs demandent une augmentation salariale de 20 % sur 7 ans. Ils plaident que les mauvaises conditions d'emploi empêchent le ministère des Transports de conserver son expertise, ce qui le rend vulnérable aux firmes privées. Québec souhaite demeurer à l'intérieur des paramètres du front commun, soit 11,5 % sur 7 ans.
Au Conseil du trésor, on constate que la proposition de l'APIGQ semble «irréaliste» et bien loin des modifications «à la marge» envisagées par le ministre Pierre Moreau à son offre finale. On souhaite toutefois garder les canaux de communication ouverts.