LégendeLa rue Jacques-Parizeau a été officiellement inaugurée vendredi midi, en présence de la veuve de l'ex-premier ministre, Lisette Lapointe, du maire Régis Labeaume et de la présidente du comité de toponymie de la Ville de Québec, Anne Corriveau.

Inauguration de la rue Jacques-Parizeau

C'est en présence de la veuve de Jacques Parizeau, Lisette Lapointe, que la Ville de Québec a officiellement inauguré vendredi midi la rue portant le nom de l'ex-premier ministre, sur la colline Parlementaire. Une occasion pour le maire Régis Labeaume de rappeler l'importance du disparu dans l'essor économique de la province et son travail pour la reconnaissance du statut de Québec comme capitale.
«On se souvient du premier ministre, mais, personnellement, je me souviens du haut fonctionnaire, de l'éminence grise qui a créé le Québec économique moderne. [...] Le Jacques Parizeau que j'aime a été le Jacques Parizeau des années 60», a expliqué en mêlée de presse le maire, à l'issue d'une cérémonie tenue sous un chapiteau, mauvais temps oblige, dans la nouvelle rue nommée en son honneur, anciennement la rue Saint-Amable.
M. Labeaume a également tenu à rappeler le rôle primordial joué par l'ex-premier ministre péquiste, décédé en juin 2015, dans la reconnaissance de Québec comme haut lieu des décisions gouvernementales. «C'est lui qui a fait de la ville une vraie capitale aux yeux du Québec, du Canada et du monde, en y installant sa résidence officielle», a souligné M. Labeaume, au sujet de la demeure du 1080, rue des Braves, baptisée l'Élysette.
Le maire a également levé son chapeau au disparu pour la création de la Commission de la capitale nationale. 
Dans son allocution, prononcée en présence de l'ancien chef du Parti québécois André Boisclair et de Jean-Martin Aussant, Lisette Lapointe est revenue sur l'amour de son mari pour Québec. «C'était sa capitale, il y était très attaché. Il a tellement fait pour qu'elle devienne la capitale d'un vrai pays.»
La décision de nommer la rue Saint-Amable en l'honneur de celui qui était aussi un grand amoureux de la culture et des arts tombe sous le sens, a-t-elle précisé, puisque l'artère relie l'Assemblée nationale au Grand Théâtre.