Le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne

Hollande à Québec: la présence du lieutenant-gouverneur jugée inopportune

Le premier ministre Philippe Couillard l'a salué dans son mot de bienvenue, mais le lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, n'était pas au Salon bleu pour l'allocution du président français... Il était absent. Quelqu'un, quelque part, avait jugé sa présence «inopportune».
Pierre Duchesne brillait véritablement par son absence, mardi. Il était pourtant là, en 2008, lors de l'allocution prononcée par le président Nicolas Sarkozy à l'Assemblée nationale. Il était sur le parquet aux côtés de M. Sarkozy et du premier ministre du Québec d'alors, Jean Charest.
À son bureau, on relate qu'on a proposé à Pierre Duchesne de prendre place dans les tribunes réservées aux invités, ce que ne pouvait admettre le principal intéressé, doit-on comprendre. Il a rang de chef d'État, rappelle-t-on.
On lui aurait alors expliqué que le gouverneur général du Canada n'était pas à la Chambre des communes lorsque François Hollande y a prononcé un discours lundi. Certes, mais les deux hommes s'étaient rencontrés lors d'un tête-à-tête, a-t-on répondu chez le lieutenant-gouverneur.
Au fait, qui est ce «on» - cet interlocuteur qui a parlé au Bureau du lieutenant-gouverneur du Québec? À la fois le service du protocole de l'Assemblée nationale et le bureau du premier ministre, selon ce qu'on dit au Bureau du lieutenant-gouverneur.
Ce «on» aurait fini par signifier au principal intéressé que, dans les circonstances, sa présence au Salon bleu serait «inopportune». C'est ce qui explique l'absence de Pierre Duchesne.