La député du PQ Martine Ouellet

Hivon perd un appui au profit de Ouellet

Après avoir donné son appui à Véronique Hivon, l'ex-chef intérimaire d'Option nationale, Nathaly Dufour, passe chez la candidate Martine Ouellet.
En mai, Mme Dufour avait annoncé qu'elle reprendrait sa carte de membre du Parti québécois dès lors que Véronique Hivon officialiserait sa candidature à la direction. L'information avait été répercutée dans les médias.
Aujourd'hui, elle change de camp, a appris Le Soleil.
«Véronique Hivon a des propositions originales, éclairées. Son "Québec province à Québec pays" m'a interpellée. Malheureusement, force m'est d'admettre que le message ne semble pas passer», dit-elle dans un message écrit.
À l'évidence, Mme Dufour apprécie la position claire en faveur de l'indépendance véhiculée par Martine Ouellet. «Elle tient depuis le début un discours assumé et clair, en parfaite adéquation avec ce que je préconise comme approche.»
«La préparation de notre attaque»
«Qu'on le veuille ou non, les troupes de sieur Couillard feront de l'élection de 2018 une élection quasi référendaire. Nous devons donc commencer à travailler dès maintenant à la préparation de notre attaque, car il n'est pas question qu'on se place en mode défense comme en 2014, avec les résultats catastrophiques que l'on connaît.»
Martine Ouellet a dévoilé la semaine dernière un projet de «Constitution initiale de la République du Québec». Elle a soutenu que cette initiative témoigne du fait qu'elle est la candidate de la clarté dans l'actuelle course à la direction au Parti québécois.
Chose certaine, ce projet lui a permis de rallier Nathaly Dufour.
Le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, était présent lors du dévoilement de ce projet de constitution. Il a dit n'appuyer officiellement aucun candidat dans l'actuelle course à la direction au Parti québécois, mais a laissé entendre que Mme Ouellet serait la plus susceptible de faciliter une «convergence» avec son parti, si elle devait être élue chef le 7 octobre.