Véronique Hivon

Hivon espère que Mourir dans la dignité sera la priorité de Couillard

La députée péquiste Véronique Hivon espère toujours que Mourir dans la dignité constituera la première loi qu'adoptera le gouvernement libéral de Philippe Couillard.
Interrogée à son arrivée au caucus de l'aile parlementaire du Parti québécois, l'élue qui avait piloté le projet de législation sous le gouvernement de Pauline Marois a répondu «espérer sincèrement que ce sera la priorité législative» des libéraux.
Je pense que les libéraux sont ouverts à cette option, a-t-elle dit en substance. «J'ai offert ma collaboration, je l'offre toujours et j'espère que ça ira de l'avant. Tout ce qui reste, c'est le débat parlementaire de quelques heures» par les membres de l'Assemblée nationale.
La législation sur les soins de fin de vie a fait l'objet d'une longue marche législative, entamée en 2010, par la députée de Joliette lorsque sa formation politique était dans l'opposition. Les parlementaires ont consacré 50 heures à son examen et ils ont entendu une cinquantaine de groupes.
«Les libéraux avaient eux-mêmes salué le travail à la fin de la commission» avant de refuser les mesures mises de l'avant par le PQ pour le faire adopter avant le déclenchement des élections, en mars.
Le leader parlementaire du Parti libéral du Québec n'a pas fermé la porte à la suggestion de Véronique Hivon. Jean-Marc Fournier a indiqué que deux projets législatifs sont prioritaires pour le gouvernement qu'a formé Philippe Couillard : celui sur Mourir dans la dignité et l'inspecteur général pour la Ville de Montréal.
Voter une loi présentée par un parti se trouvant dans l'opposition «lancerait un message très fort, a lancé le ministre libéral. Le premier ministre souhaite que le gouvernement fasse les choses différemment [et] pouvoir démontrer par ce geste que les125 élus de l'Assemblée nationale soient saisis [d'un] projet de loi qui ne proviendrait pas du gouvernement.»
Le projet serait identique à la version défendue par Véronique Hivon. En outre, le gouvernement examine les moyens pour pouvoir le reprendre à l'étape où il se trouvait, avant la dissolution du Parlement, soit à quelques interventions près d'un vote final. M. Fournier a précisé qu'il regarde la possibilité que Véronique Hivon soit associée à la présentation de la loi.