Véronique Hivon

Hivon appelle à l'unité peu importe le chef

Forcée de se retirer de la course à la direction du Parti québécois pour des raisons de santé, Véronique Hivon ne vit pas le jour J qu'elle avait imaginé. Disant aller «de mieux en mieux», elle appelle au rassemblement, peu importe qui sera nommé chef.
Contrainte au repos, la députée de Joliette ne sera pas de la soirée au Centre des congrès de Lévis. «C'est un euphémisme de dire que je ne vis pas cette journée comme je l'avais imaginé le 9 mai dernier, lorsque j'ai annoncé ma candidature au parc Lajoie, à Joliette», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.
Mme Hivon a profité de sa sortie pour appeler à l'unité les troupes péquistes, quelle que soit l'issue du vote. «L'heure sera bientôt à l'union et au rassemblement. Soyons à la hauteur de ce nouveau défi. Il nous reste un pays à bâtir. Ensemble», a-t-elle poursuivi.
Concernant son état de santé, elle a affirmé qu'elle «devrait être de retour prochainement». «Je suis heureuse de vous dire que je vais de mieux en mieux», a-t-elle confié avec optimisme.
Elle a également salué l'implication de ses quatre anciens adversaires : Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée, Martine Ouellet et Paul St-Pierre Plamondon. «Qu'importe le résultat respectif [que les candidats] connaîtront, ils auront su plonger, travailler, argumenter, débattre, convaincre. En soit, c'est un investissement personnel et politique immense», a-t-elle affirmé, remerciant au passage le chef intérimaire Sylvain Gaudreault.
Le retrait de Mme Hivon a eu pour effet, du moins selon les sondages qui ont suivi, de resserrer la course, qui était largement menée par Alexandre Cloutier.
Le nouveau chef sera connu ce soir au terme d'un vote de trois jours chez les 73 000 membres du parti. Le taux de participation était de 73,6%, à une heure de la fermeture du vote, à 17h vendredi.