Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dans une entrevue à Radio-Canada, mardi, le propriétaire du Méga Fitness Gym, Daniel Marino, rejetait le blâme de la fameuse éclosion sur ses clients réfractaires.
Dans une entrevue à Radio-Canada, mardi, le propriétaire du Méga Fitness Gym, Daniel Marino, rejetait le blâme de la fameuse éclosion sur ses clients réfractaires.

Guilbault espère que le proprio du Méga Gym «a appris de ses erreurs»

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Pendant que Geneviève Guilbault roule des yeux et «ose croire qu’il a appris de ses erreurs», Gabriel Nadeau-Dubois «n’a pas assez d’indignation» pour décrire l’attitude du propriétaire du Méga Fitness Gym de Québec, qui pourra rouvrir lundi.

À LIRE AUSSI : Marino jette le blâme sur les clients réfractaires

Avec le passage de la majorité des régions du Québec en zone orange le 31 mai, dont la région de Québec, la réouverture des salles de conditionnement physique sera permise.

L’ordonnance de fermeture de 60 jours imposée au Méga Fitness Gym par la direction régionale de la santé publique de la Capitale-Nationale pour avoir enfreint les mesures sanitaires prend fin en même temps.

L’éclosion survenue en mars dans le commerce de l’avenue Saint-Jean-Baptiste serait à l’origine de près de 700 cas de COVID-19 directs et indirects et possiblement jusqu’à une dizaine de décès, selon des documents révélés par TVA.

Comme ses concurrents, le Méga Gym pourra rouvrir ses portes lundi. Mais après avoir dû présenter un plan de réouverture au directeur de santé publique. «Une visite du milieu a été réalisée pour s’assurer de la mise en place des mesures en vue d’une réouverture prochaine», assure de plus le CIUSSS de la Capitale-Nationale. En outre, des suivis seront aussi effectués à la suite de la réouverture.

Dans une entrevue à Radio-Canada, mardi, le propriétaire du Méga Fitness Gym, Daniel Marino, rejetait le blâme de la fameuse éclosion sur ses clients réfractaires.

Guilbault l’avait déjà dénoncé

À l’Assemblée nationale, mercredi matin, les réactions étaient épidermiques. Le sujet a même rebondi au Salon bleu, durant la période de questions.

Quelques instants plus tôt, Mme Guilbault, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre du Québec, avait reconnu en mêlée de presse que le Méga Gym était «connu de longue date pour être en infraction, ç’a pris un certain temps avant qu’on le ferme».

Elle disait en avoir entendu parler, entre autres par son collègue député de Chauveau, Sylvain Lévesque. Ce qu’elle qualifiait de «ouï-dire».

Questionnée en chambre par le libéral André Fortin sur ce qu’elle savait ou non de la situation, Mme Guilbault a révélé avoir elle-même dénoncé le Méga Gym aux autorités de la Santé publique l’été dernier.

«Je n’ai jamais été témoin personnellement des infractions en question. Je ne me rends pas à ce gym-là, le député de Chauveau non plus. Mais on entendait des choses. Ce que j’ai fait très concrètement, le 20 juillet 2020, j’ai signalé la chose à un représentant de la Santé publique, tout simplement. Comme c’était ma responsabilité de le faire, parce qu’on sait que ce n’est pas les politiciens qui encadrent le respect des mesures, mais des gens qui sont mandatés pour le faire sur le terrain», a-t-elle fait valoir, de son siège d’élue.

Avant même l’éclosion majeure de la fin mars, deux infractions avaient déjà été reprochées au Mega Fitness Gym en juin et en novembre 2020.

Au cours de sa mêlée de presse, Mme Guilbault avait aussi indiqué «ose[r] croire, même si des fois ses propos ne sont pas rassurants, qu’il a appris de ses erreurs et que le gym va opérer en conformité avec les règles de la Santé publique. Disons que ce n’est pas ce qui nous rend le plus fier dans la Capitale-Nationale, cet épisode-là», a-t-elle affirmé, s’empêchant visiblement de livrer le fond de sa pensée.

«Je trouve ça dégueulasse»

«Je ne sais pas c’est quoi, les possibilités juridiques, je ne suis pas avocat. Mais je n’ai pas assez d’indignation dans mes tripes pour dire à quel point je trouve ça dégueulasse de mettre la vie des gens en danger pour passer derrière le micro de certains animateurs puis se gonfler le torse que, nous, on est forts puis on trop forts pour ça, le virus et la pandémie. Je trouve ça épouvantable», a commenté de son côté le leader parlementaire et co-porte-parole de Québec solidaire, M. Nadeau-Dubois, lors de sa mêlée de presse matinale quotidienne.

Parti québécois et Parti libéral espèrent surtout que le Méga Fitness Gym sera mis sous haute surveillance par les autorités de la Santé publique.

«Est-ce que les mesures de surveillance, sachant ce qu’on sait, seront au rendez-vous? se questionne le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon. Parce que la dernière fois, si l’État était intervenu plus vite alors qu’on savait que quelque chose dérapait à cet endroit-là spécifiquement, peut-être qu’on n’aurait pas eu l’ampleur des conséquences qu’on a connues sur la santé publique. Donc, moi, j’irais plutôt avec une approche de surveillance accrue.»

Même avenue à suivre pour Dominique Anglade, la cheffe libérale. «Ça doit être surveillé, absolument. Avec ce qui s’est passé, je pense que la Santé publique doit s’assurer de surveiller de très près ce qui se passe pour qu’on ne revive pas la situation dans laquelle on s’est retrouvée», commente-t-elle. Avec Marc Allard