Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, a indiqué que ce surplus de 2,5 milliards $ reflète la «bonne performance de l'économie du Québec depuis le début de l'année».

Gouvernement du Québec: réserve record de 4,7 milliards $

Le gouvernement du Québec dispose désormais d'une réserve de près de 4,7 milliards $ pour faire face aux imprévus ou à un coup dur. Du jamais-vu!
Pour l'année financière 2016-2017, terminée le 31 mars, le surplus budgétaire de l'État québécois n'est pas de 250 millions $, comme il était officiellement prévu il y a encore quelques semaines. Il s'élève finalement à 2,5 milliards $ - et ce, même en tenant compte d'un versement de 2 milliards $ au Fonds des générations.
«Il s'agit d'une amélioration de 2,2 milliards $ par rapport au surplus budgétaire de 250 millions $ prévu dans le Plan économique du Québec de mars 2017», indique le tout dernier rapport des opérations financières du ministère des Finances.
Ces 2,5 milliards $ non prévus viennent d'être glissés dans la réserve dite de «stabilisation».
Cette réserve désormais dotée de 4,7 milliards $, donc, sert entre autres à faire face aux imprévus - c'est-à-dire à ce qui n'était pas prévu dans le cadre budgétaire. Par exemple, aux sommes que l'État devra continuer d'allonger pour soutenir l'industrie du bois d'oeuvre ou encore à l'aide à fournir aux sinistrés des inondations.
Techniquement, le gouvernement ne peut y puiser directement de l'argent pour bonifier les services publics ou alléger le fardeau fiscal des Québécois. Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a été très clair là-dessus, mercredi.
Indirectement, toutefois, et par un effet mécanique, cette réserve offre au gouvernement des marges de manoeuvre supplémentaires. Celles-ci pourraient par exemple servir lors de la prochaine Mise à jour économique et financière, l'automne prochain.
D'autres surplus à venir
Officiellement, ce surplus non prévu de 2,5 milliards $ est encore considéré comme «préliminaire». Il ne sera officialisé que lors de la parution du document Les Comptes publics 2016-2017, qui paraîtra l'automne prochain.
Il reflète «la bonne performance de l'économie du Québec depuis le début de l'année», a fait valoir le ministre des Finances. M. Leitão a fait référence à la progression de l'emploi, à l'impôt des sociétés, plus important qu'anticipé; tout comme l'ont été les revenus en provenance des sociétés d'État.
Au 31 mars 2017, les revenus de l'État québécois se sont élevés à 77,5 milliards $, en hausse de 3 milliards $ par rapport à ceux atteints en mars 2016. La hausse est attribuable aux «revenus autonomes» de l'État, qui ont totalisé 59,2 milliards $, mais aussi aux transferts fédéraux, qui ont grimpé à 18,2 milliards $.
Entre avril 2016 et mars 2017, les dépenses de programmes ont crû de 3 %. Le ministère de la Santé et des Services sociaux, ainsi que celui de l'Éducation, en ont été les principaux bénéficiaires.
Ce qui a été vrai l'an dernier le sera vraisemblablement cette année et l'an prochain. La découverte de cet important surplus pour 2016-2017 en annonce d'autres.
Avant les prochaines élections générales, en octobre 2018, le ministre Leitão doit encore livrer une Mise à jour économique et financière, mais aussi un cinquième budget - en mars ou avril 2018 celui-là.
Durant l'entrevue, le ministre des Finances a noté que la lutte contre la pauvreté - avec le plan que présentera son collègue François Blais cet automne - constituera «une partie importante de l'action gouvernementale» des prochains mois.