La ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David

Gestion des cégeps: Hélène David pour un régime sec

La ministre Hélène David souhaite que la consommation d'alcool ne soit plus remboursée dans les comptes de dépenses soumis par le réseau d'enseignement collégial.
Au lendemain d'un rapport critique de la vérificatrice générale (VG) sur la gestion des cégeps, la ministre de l'Enseignement supérieur a promis que de nouvelles mesures seront mises en place à la prochaine rentrée scolaire.
La VG Guylaine Leclerc a notamment souligné que le remboursement de dépenses relatives à de l'alcool n'est pas suffisamment encadré.
«Les questions d'alcool sont toujours très sensibles», a convenu la ministre David, jeudi. À son avis, les remboursements de ce type de «consommations de luxe» devraient être «interdits ou très raisonnables».
«Moi, j'ai une position très, très conservatrice sur la question de l'alcool», a affirmé la ministre. «[...] Disons que je pencherais vers le côté que l'alcool est peut-être quelque chose que l'on pourrait assumer par nos propres moyens.»
Plan d'action «costaud»
Un mandat a été donné à la sous-ministre à l'Enseignement supérieur pour l'élaboration d'un plan d'action «costaud» à déposer au mois de mai afin d'améliorer la gouvernance et la reddition de comptes dans le réseau collégial. La ministre David assure que de nouvelles mesures seront en vigueur pour la rentrée scolaire de septembre.
La VG Leclerc a aussi dénoté des lacunes dans la gestion de différents contrats par les cégeps, ce qui entraîne des dépassements de coûts et d'échéances. 
Mme David veut qu'un meilleur suivi des projets par le conseil d'administration des établissements soit assuré. Elle souhaite aussi que les membres des C. A. suivent des formations sur les pratiques exemplaires et la transparence dans une organisation publique. Tous les C. A. des établissements du réseau public - y compris en santé - devraient se doter des mêmes politiques de saine gestion, croit-elle. 
Mais Mme David n'est pas en mesure d'assurer que son plan d'action pour les cégeps sera aussi applicable aux universités. «Il y a des autonomies de gouvernance, fait-elle valoir. [...] Mon plan d'action est pour le réseau collégial. Je n'ai pas dit que je ne l'appliquerais pas [aux universités], j'ai dit que je vais y réfléchir en fonction des lois qui gouvernent le Ministère.»