Le vice-premier ministre, François Gendron.

François Gendron quitte en ambulance le conseil des ministres

Le doyen des députés à l'Assemblée nationale, François Gendron, a été victime, mercredi matin, d'un malaise qualifié de bénin. Il a quitté le conseil des ministres pour être transporté par ambulance vers un hôpital de Québec.
Les ambulanciers sont arrivés peu avant 10h à l'édifice Honoré-Mercier où Pauline Marois réunit son cabinet chaque mercredi. Quelques minutes plus tard, le député-ministre d'Abitibi-Ouest a été amené sur une civière. En position assise, les yeux mi-clos, la tête penchée vers l'avant, il ne semblait pas souffrant.
Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a été appelé au chevet de M. Gendron, en sa qualité de médecin. Il a rencontré les médias pour faire un premier état de la situation.
«Je ne suis pas inquiet pour François. Il n'y a rien de grave. J'ai préféré qu'il soit transporté à l'hôpital.» Le ministre Hébert dit avoir appelé les ambulanciers par mesure préventive.
Le vice-premier ministre et titulaire du portefeuille de l'Agriculture s'est plaint d'essoufflement et de douleurs au thorax, a rapporté Réjean Hébert. Il ne croit pas que son collègue ait été victime d'une crise cardiaque.
Mais «on ne peut éliminer cette hypothèse. Il ne faut pas prendre de chance.» C'est la seconde fois que M. Gendron est victime d'un malaise, a indiqué le ministre Hébert.
Le ministre a passé la nuit en observation à l'hôpital, le temps de terminer des tests par «mesure préventive». Son hospitalisation a d'autant plus surpris ses collègues qu'il est connu pour avoir une santé de fer.
François Gendron a été élu, la première fois, en novembre 1976 lorsque René Lévesque a conduit le Parti québécois au pouvoir. Il est âgé de 69 ans. 
Avec la collaboration de Simon Boivin