Le doyen des parlementaires à Québec, le péquiste François Gendron

François Gendron en route vers le record de longévité

François Gendron sollicitera un 11e mandat comme député d'Abitibi-Ouest. Personne ne doute de sa réélection, qui lui permettra d'établir le record absolu de longévité comme élu à l'Assemblée nationale.
Le doyen des parlementaires à Québec a confirmé qu'il sera de nouveau sur les rangs pour le Parti québécois quand sa chef Pauline Marois déclenchera les élections. Il l'a fait à son arrivée au Conseil des ministres, mercredi matin.
Le vétéran a fait allusion au malaise récent qu'il avait ressenti, en pleine séance de travail du cabinet de Mme Marois, et qui avait amené son hospitalisation. M. Gendron a indiqué qu'il a passé des tests de santé récemment.
Conclusion : «Arrête! T'es en forme! T'as pas de problème de coeur nulle part. En gros, je n'ai pas de problème de santé. On s'embarque avec goût et passion pour servir.»
Le député péquiste a indiqué que la chef du Parti québécois (PQ) lui avait donné comme message qu'elle souhaitait le conserver «dans l'équipe». Il a ajouté que Mme Marois a aussi dit «que tous mes joueurs [les membres de son aile parlementaire], j'aimerais les garder».
François Gendron a remporté le dernier scrutin, le 4 septembre, en raflant plus de 50 % des suffrages. Le vétéran a été élu la toute première fois le 15 novembre 1976, lorsque le PQ de René Lévesque s'est hissé au pouvoir.
M. Gendron rejoindra la marque feu Gérard-D. Lévesque, un libéral qui a régné sur la circonscription de Bonaventure pendant 13 664 jours, le 14 avril. Ironie de l'histoire, Pauline Marois jongle avec deux dates pour tenir l'appel au peuple, le 7 avril et le 14 avril.
Les sondages prédisent à la chef du PQ un gouvernement majoritaire. Dans un tel cas, M. Gendron devrait siéger pendant quatre années. À moins d'ennuis de santé, a nuancé M. Gendron.