En pleine période de questions, Martine Ouellet, candidate à la direction du Bloc québécois, a été interpellée par Jean-Marc Fournier qui a remis en cause sa légitimité de siéger au provincial.

Fournier s'en prend à la légitimité de Martine Ouellet

En pleine période des questions, mardi, le libéral Jean-Marc Fournier a écorché la légitimité de la députée indépendante Martine Ouellet, candidate à la direction du Bloc québécois, qui l'interrogeait sur l'avenir de l'Accord de libre-échange nord-américain.
«C'est une première au Québec que les fonds de l'Assemblée nationale sont dévolus à financer une charge fédérale», a lancé M. Fournier en relevant que le péquiste Jean-François Lisée a estimé que Mme Ouellet ne devrait pas siéger au Parlement québécois tout en dirigeant le Bloc, un parti fédéral. Il a noté que l'ex-chef bloquiste Gilles Duceppe pensait la même chose.
«Elle dit qu'elle veut occuper deux fonctions à la fois. Je me demande jusqu'où je suis en train de donner une certaine forme de légitimité à ce procédé, puisqu'à sa question, il faudrait offrir une réponse...»
Jean-Marc Fournier a soutenu que la question de la députée s'adressait au premier ministre du Canada, Justin Trudeau. «Peut-être que nous pourrions l'acheminer à la présidence de la Chambre des communes et la partager avec les gens qui sont là-bas?»
Bois d'oeuvre et lait diafiltré
Dans le préambule de sa question, l'ex-élue du Parti québécois a fait valoir que l'ALENA «doit être modernisé». Elle a demandé au premier ministre du Québec de s'engager «à exiger de Justin Trudeau que le bois d'oeuvre, une industrie qui fournit 60 000 emplois, redevienne couvert par l'ALENA».
«La renégociation de l'ALENA est une opportunité pour corriger les passe-droits comme celui du lait diafiltré, a poursuivi Martine Ouellet. Est-ce que le premier ministre est prêt à exiger de Justin Trudeau qu'il protège la gestion de l'offre et qu'il règle la brèche du lait diafiltré?»
M. Fournier n'en a pas démordu : il trouve étrange «qu'on utilise des fonds de l'Assemblée nationale» pour soulever des questions qui s'adressent au gouvernement canadien et qui devraient donc être posées à la Chambre des communes, à Ottawa, selon lui.
Il a invité Mme Ouellet à se porter candidate dans la circonscription fédérale de Saint-Laurent, sans député depuis le départ de Stéphane Dion.