Le ministre Jean-Marc Fournier

Fournier peu emballé à relancer le débat sur le scrutin proportionnel

Le ministre Jean-Marc Fournier se montre peu emballé par la perspective de relancer le délicat débat sur un mode de scrutin proportionnel au Québec.
Le responsable de la Réforme des institutions démocratiques se contente de «prendre note» de la demande formulée à cet effet par des citoyens l'automne dernier, demande par ailleurs régulièrement réitérée par Québec solidaire.
C'est ce qu'on lit dans une réponse écrite qu'il vient tout juste de leur fournir.
Le ministre rappelle que toute éventuelle modification du mode de scrutin doit être approuvée de façon consensuelle par les élus de l'Assemblée nationale, puisque cette mécanique touche au coeur même de la démocratie. Il n'existe toutefois aucun consensus réel chez les partis politiques quant à la direction à prendre.
En faisant valoir dans sa réponse qu'«aucun mode de scrutin n'est parfait», Jean-Marc Fournier indique les raisons pour lesquelles les gouvernements ne donnent jamais suite aux appels de certains groupes en faveur d'un mode de «scrutin proportionnel compensatoire».
Chaque mode de scrutin «résulte d'un choix entre différents éléments auxquels les électeurs et les partis accordent de l'importance, notamment la proportionnalité entre les votes obtenus et les sièges obtenus, la représentation territoriale, la représentation équitable des petits partis, la stabilité d'un gouvernement, la clarté du choix pour les électeurs, etc.»
«Les systèmes électoraux influencent la composition politique des parlements, la formation et l'efficacité d'un gouvernement, la stabilité politique et l'organisation des partis politiques.»