Les contributions illégales ont été récoltées lors de deux événements qui ont eu lieu à Brossard. L'un le 28 novembre 2008, l'autre le 19 décembre de la même année.

Financement illégal du PLQ : une ex-employée de BPR plaide coupable

Une ex-employée de la firme d'ingénieurs BPR, à Québec, a reconnu avoir agi comme prête-nom pour des contributions au Parti libéral du Québec.
Christiane Garneau a aidé quatre personnes à verser des contributions totalisant 3000 $ au Parti libéral du Québec «autrement qu'à même leurs propres biens», a fait savoir, mercredi, le bureau du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).
«Dans les faits, elle a remboursé lesdites contributions [aux personnes] et participé ainsi à des stratagèmes de prête-noms», explique-t-on. Les faits se sont déroulés en novembre et décembre 2008, ainsi qu'en janvier 2009.
Selon nos informations, Mme Garneau travaillait pour la firme BPR au moment où ces gestes ont été commis. Elle n'y travaille plus.
La contrevenante a plaidé coupable aux quatre chefs d'accusation portés contre elle. Elle a été condamnée à payer des amendes totalisant 5000 $.
Le DGEQ a encore pas mal de pain sur la planche dans ces affaires de versements occultes.
La firme BPR, pour ne prendre que celle-là, a défrayé la chronique de la commission Charbonneau. Au printemps dernier, l'ex-président de l'entreprise, Pierre Lavallée, avait reconnu avoir versé autour de 150 000 $ dans la caisse de l'ex-maire Gérald Tremblay afin d'obtenir des contrats à Montréal.
Il avait aussi admis que son entreprise avait participé à un système de collusion avec d'autres firmes d'ingénieurs en plus d'admettre que des employés et des cadres de BPR contribuaient aux partis politiques provinciaux et municipaux.