Erin O'Toole était accompagné du député Gérard Deltell lors d'un point de presse à Québec, samedi.

Erin O'Toole veut faire suspendre l'arrêt Jordan

Exaspéré, le candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, demande au gouvernement Trudeau de déposer une loi afin de neutraliser l'arrêt Jordan.
«Vendredi, pour la deuxième fois au Québec et la quatrième fois au Canada, un homme [Ryan Wolfson] accusé de meurtre et de tentative de meurtre a vu son procès se terminer abruptement à cause de l'arrêt Jordan», déplore M. O'Toole, avocat de formation. «La famille de ses victimes n'accepte pas qu'aucun verdict ne soit rendu et que personne ne soit reconnu coupable pour ces gestes horribles», poursuit-il dans un point de presse, à Québec. Il était accompagné du député Gérard Deltell, qui estime pour sa part que Justin Trudeau manque de leadership dans ce dossier. 
Dans la capitale, également vendredi, un homme de 56 ans surnommé «l'ange Daniel» a été blanchi de ses accusations en raison de l'arrêt Jordan de la Cour suprême du Canada. Michel Mercier, de Saint-Raymond de Portneuf, était accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente avec la complicité de la mère de cette dernière. Les événements se seraient produits alors que la jeune fille avait entre 15 et 21 ans. 
Liberté non garantie
Il y a deux semaines, au palais de justice de Québec, le présumé agresseur sexuel Mohamed Doudou Traoré avait également tenté de faire avorter son procès en utilisant cette même stratégie. Sa tentative a toutefois échoué.
M. O'Toole avance que le système de justice à travers le pays dans sa forme actuelle «ne fonctionne pas». Il craint une perte de confiance de la population et estime que l'arrêt Jordan est «une menace à la sécurité publique». C'est pourquoi il demande entre autres à Ottawa de nommer des juges afin de combler les six sièges vacants au Québec. Il exige également qu'une loi soit déposée à la Chambre des communes «le plus rapidement possible» pour éviter «que d'autres accusations graves soient rejetées à cause de délais».
Clause dérogatoire
«Cette loi doit inclure la clause dérogatoire», affirme celui qui représente la circonscription de Durham, en Ontario. «On doit empêcher que les criminels les plus violents au Canada soient dans la collectivité», poursuit-il, ajoutant du même souffle que les victimes d'actes criminels méritent d'obtenir la justice. 
Selon le politicien, cette clause dérogatoire permettra au gouvernement de gagner du temps pour trouver une solution afin de résoudre cette problématique. Il souhaite que ses confrères dans la course à la chefferie fassent également pression sur Ottawa. «Je crois que les autres candidats seront d'accord avec moi sur cet enjeu», dit-il.
À travers la province, en date du 6 avril, le Directeur des poursuites criminelles et pénales indiquait avoir reçu 805 demandes pour arrêt des procédures. 
Il y a deux semaines, au provincial, le Parti québécois demandait au gouvernement Couillard d'évoquer de toute urgence la clause dérogatoire pour enrayer les impacts de l'arrêt Jordan. Pour le premier ministre, un tel recours, qu'il a décrit comme «l'équivalent de l'arme nucléaire en matière constitutionnelle», était toutefois «prématuré». 
Le successeur de Stephen Harper à la barre du parti sera connu le 27 mai.