Des employés estiment que le comportement de Mme May était inapproprié et qu’elle doit en être blâmée.

Elizabeth May accusée d’intimidation: le Parti vert prend sa défense

Le Parti vert dit «appuyer fermement» sa chef Elizabeth May, malgré les récentes allégations voulant qu’elle ait intimidé et invectivé d’anciens employés.

Selon un article du Toronto Star publié samedi, trois anciens employés reprochent à Mme May d’avoir créé un milieu de travail hostile par ses cris et ses insultes.

Rob Rainer, un de ceux qui reprochent à Mme May son attitude, a parlé à La Presse canadienne. Il a occupé les fonctions de directeur général intérimaire pendant sept mois en 2014. Il a voulu témoigner de son expérience parce qu’il a entendu dire que d’autres employés avaient été intimidés.

Selon lui, il a choisi le bon moment pour témoigner puisque le mouvement #MoiAussi vise à stigmatiser les inconduites en milieu de travail.

Il a confié qu’il avait été injurié à quatre ou cinq reprises par Mme May, ajoutant qu’elle l’avait souvent dénigré devant d’autres personnes.

Une fois, a-t-il raconté, Mme May avait commencé une réunion qui s’était déroulée à Ottawa en disant qu’elle était surprise de le voir. «Elle cherche à nous faire sentir minable. C’est ce que ressens en ce moment.»

Dans un communiqué de presse du parti, publié quelques heures après la parution de l’article, les Verts ont défendu leur chef en soutenant qu’elle était «soumise à des normes différentes que ses homologues masculins».

«Un homme avec ces qualités est admiré pour son leadership. Une femme avec les mêmes qualités est perçue comme autoritaire et intimidante. Ces stéréotypes dépassés liés au genre n’ont plus leur place au Canada du XXIe siècle», écrit le Parti.

Professeure de science politique à l’Université Western, Cristine de Clercy, convient que les femmes peuvent être traitées différemment que leurs collègues mâles, mais les présentes allégations naviguent dans des eaux plus grises.

«(Les femmes) font souvent l’objet d’un examen plus intensif. Il semble que pour une femme chef de parti, ne pas se conformer aux règles de comportements sexistes - comme parler bas, être plus respectueux, être moins rude - est moins acceptable pour certains.»

M. Reiner s’insurge contre le parti qui a choisi d’en faire une querelle de sexe. Il a soutenu que le comportement de Mme May convenait aux propres règles de la formation.

«Cela n’a rien à voir avec les genres. Si un homme avait agi comme cela, je témoignerais de la même façon», a-t-il dit.

Il a reproché au parti de l’avoir ignoré lorsqu’il s’est plaint de la situation.