Jean-Marc Fournier

Élections au PQ: Fournier agite le spectre du «Parti Québecor»

Les risques de voir le Parti québécois se transformer en Parti Québecor, avec Pierre Karl Péladeau, sont encore bien présents, a déclaré mercredi le leader parlementaire du gouvernement Jean-Marc Fournier.
Alors que le premier tour de scrutin a commencé, M. Fournier a affirmé que la course à la direction du PQ n'a pas permis de diminuer cette probabilité.
En se rendant à la période des questions, à l'Assemblée nationale, M. Fournier a estimé que le problème relié à la situation de M. Péladeau, actionnaire de contrôle de Québecor, demeure entier.
Selon M. Fournier, même dans les rangs péquistes, des craintes demeurent quant aux risques de transformation que le PQ pourrait subir en raison de la situation de M. Péladeau, favori dans la course.
Le vote des militants, qui peuvent se prononcer par Internet et par téléphone, a commencé mercredi matin et se poursuivra jusqu'à vendredi 17h. Les résultats seront connus vendredi en soirée.
Mercredi, M. Fournier a affirmé qu'ils sont libres d'élire M. Péladeau, malgré les questions qui demeurent concernant les risques de conflits d'intérêts avec Québecor.
«C'est à eux de voter, a-t-il dit aux journalistes. S'ils veulent transformer le Parti québécois en Parti Québecor, ça leur appartient à eux.»Mardi, la candidate Martine Ouellet s'est étonnée que M. Péladeau continue d'être consulté par la direction de Québecor, comme l'a confirmé le président du conseil de l'entreprise, Brian Mulroney.
En se rendant au caucus des députés péquistes, mercredi, M. Péladeau a rappelé ses responsabilités d'actionnaire de contrôle, sans préciser les circonstances de ces échanges.
«J'exerce mes droits de vote, effectivement, j'ai voté pour les administrateurs lors de l'assemblée, a-t-il dit. Je détiens 75% des droits de vote, 30% de l'équité, donc j'exerce mes droits de vote, en bonne et due forme, comme actionnaire.»