La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, présente le vainqueur de l’investiture dans Jean-Talon, Olivier Bolduc, en vue de l’élection partielle du 2 décembre.

Élection partielle: Olivier Bolduc pour QS dans Jean-Talon

Surprise! Olivier Bolduc sera le représentant de Québec solidaire pour l’élection partielle dans la circonscription de Jean-Talon, à Québec, le 2 décembre.

Malgré le statut de favori de l’«entrepreneur funky» Frédéric Poitras, le sténographe Bolduc a ravi la faveur des membres du comté, mercredi soir, lors de l’investiture tenue dans l’atrium du pavillon De Koninck de l’Université Laval.

M. Poitras est employé de l’équipe du maire de Québec, Régis Labeaume, et avait été recruté pour cette course par nulle autre que la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé. Les deux députés solidaires de Québec, Catherine Dorion et Sol Zanetti, s’étaient aussi rangés derrière M. Poitras.

Mais M. Bolduc est sorti grand vainqueur. L’homme de 32 ans résidant du quartier Saint-Sauveur a été candidat pour QS aux élections générales de 2018 et de 2014, sur la Rive-Sud, dans Chutes-de-la-Chaudière. Il y a quatre ans, il avait fini troisième avec 11,4 % des voies.

Mme Massé refuse de croire qu’il s’agit d’une rebuffade à l’endroit de l’intelligentsia du parti. «Pas du tout! Depuis le jour un de la course à l’investiture, j’ai toujours dit qu’on avait quatre excellents candidats. Oui, j’ai recruté Frédéric, mais quand je vois le choix que les membres avaient, je suis très heureuse», a expliqué Mme Massé, espérant voir M. Poitras demeurer militant pour QS.

MM. Bolduc et Poitras s’étaient rencontrés à trois reprises dans la dernière semaine et ont vite tissé des liens. Dès le début, M. Bolduc avait assuré ne pas être froissé par le parti pris des bonzes du parti. «Si Manon l’aime, moi aussi, je l’aime!» avait-il alors indiqué au Soleil, à propos de son rival.

Mercredi soir, le gagnant se disait en campagne depuis longtemps et estimait «normal qu’une investiture crée des frictions», se donnant comme mission de rassembler tout ce beau monde pour faire campagne à l’élection partielle.

M. Poitras assurait ne pas être vexé de la défaite, reconnaissant être arrivé «comme un cheveu sur la soupe» en fin de campagne. Il ne met pas une croix sur la politique, lui qui s’était présenté aux élections municipales, en 2013, alors qu’il était copropriétaire du resto-bar-spectacles Le Cercle.

Élu par un scrutin préférentiel à un tour, il n’a pas été possible de savoir de quelle part du vote le vainqueur a hérité. Le nombre total de votes non plus.

Les deux autres candidats, tout jeunes, étaient Josée-Frédérique Biron et Cédrik Verreault.

L’adversaire, la CAQ

Circonscription libérale depuis sa création pour les élections de 1966, Jean-Talon, qui couvre une bonne part de l’arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, est orpheline depuis la démission du député libéral et ancien ministre Sébastien Proulx, fin août.

L’autre co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a souligné que Québec solidaire était le seul des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale à avoir eu une course à l’investiture en vue de cette élection partielle.

Les candidats des trois autres partis ont tous été nommés sans opposition, plus tôt cette semaine : Joëlle Boutin pour la Coalition avenir Québec, Gertrude Bourdon pour le Parti libéral et Sylvain Barrette pour le Parti québécois.

«Notre seul adversaire dans Jean-Talon est le parti climato-passif qui nous gouverne, la Coalition avenir Québec», a clamé M. Nadeau-Dubois, parlant d’une «course à deux».

Aux élections générales de l’an dernier, Québec solidaire et Patrick Provost, présent mercredi soir, ont fini au troisième rang avec 19,2 % du vote dans Jean-Talon. Première fois que QS obtenait plus de 10 % du suffrage dans le comté.